×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Dossier Tchétchénie: Américains et Russes campent sur leurs positions

Par L'Economiste | Edition N°:643 Le 22/11/1999 | Partager



· Pas d'accord hier jeudi sur le retrait militaire russe de la Tchétchénie lors du sommet de l'OSCE
· La Turquie obtient l'appui de la France pour son adhésion à l'UE


Le Président américain Bill Clinton a indiqué en marge du
sommet de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe)(1), qu'il n'avait pas réussi à convaincre son homologue Boris Eltsine de renoncer à la force pour le dialogue en Tchétchénie, lors de leur entretien hier en fin de matinée. Chacun des deux hommes était resté sur ses positions.
Le Président américain espère également parvenir à d'éventuels progrès dans les discussions d'aujourd'hui. Mais ses espoirs restent faibles, a-t-il indiqué. Rappelons que M. Eltsine avait rejeté les critiques des autres pays de la l'OSCE sur l'offensive militaire russe en Tchétchénie, tandis que M. Clinton avait exhorté Moscou à choisir la voie du dialogue et proposé une médiation de l'OSCE, notamment sur le plan humanitaire.
Par ailleurs et se faisant l'écho de l'inquiétude des autres dirigeants des pays membres de l'OSCE, M. Clinton a indiqué que si les attaques contre les populations civiles continuaient, l'extrémisme que la Russie veut combattre ne fera que s'intensifier. De plus, la souveraineté, qu'elle cherche à défendre, sera de plus en plus rejetée par les Tchétchènes ordinaires. M. Clinton a tenu à souligner que ces derniers n'étaient des partisans, ni de la terreur, ni de la résistance. Il a recommandé à Moscou de prendre en premier lieu des "mesures adéquates" contre le terrorisme ainsi que dans le domaine humanitaire, citant la protection des civils innocents, l'engagement de permettre aux réfugiés de regagner leurs foyers en toute sécurité et aux organisations humanitaires d'opérer.
Par ailleurs, la Turquie est parvenue à avoir des promesses de soutien de la part de la France pour son adhésion à l'Union Européenne. M. Jacques Chirac a en effet assuré le Premier ministre turc Bulent Ecevit du soutien de son pays à la candidature de la Turquie à l'Union Européenne. Il a même estimé que ce dossier pouvait aboutir au Conseil européen de Helsinki, à la mi-décembre. Cette déclaration a été possible d'autant plus que l'amélioration du climat entre la Grèce et la Turquie est manifeste.

Wissal SEGRAOUI (AFP)

(1) Le Maroc est représenté par M. Mohammed Benaïssa, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc