×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine: Société Générale demande un nouveau statut

    Par L'Economiste | Edition N°:2433 Le 29/12/2006 | Partager

    . Objectif: accès à la clientèle des particuliersLa banque française Société Générale devrait à son tour demander aux autorités chinoises le nouveau statut juridique lui permettant d’avoir accès à la clientèle des particuliers, a-t-on appris le 28 décembre auprès de l’établissement.«Nous sommes dans le processus, en train de constituer notre dossier, ce qui ne saurait se faire sans réflexion. Mais nous allons certainement demander ce statut», a indiqué un porte-parole de la banque.La Société Générale est présente depuis 25 ans en Chine dans le financement et l’investissement, mais compte bien se renforcer dans la banque de détail, en dépit de son récent échec à racheter la Guangdong Development Bank, remportée par l’américain Citigroup.Des médias chinois ont affirmé le 28 décembre que la Société Générale faisait partie, avec la japonaise Sumitomo Mitsui Banking, d’un groupe de 6 banques ayant à leur tour demandé à établir des filiales de droit chinois. Depuis le 11 décembre, date de l’entrée en vigueur de nouvelles règles régissant l’activité des étrangers dans le secteur bancaire, 9 banques étrangères ont été autorisées à établir des filiales de droit chinois.A condition de constituer une entité de droit chinois, dotée d’un capital d’au moins 10 millions d’euros, les banques étrangères ont désormais accès à la clientèle des particuliers et donc à l’épargne prodigieuse des ménages (1.310 millions d’euros recensés fin 2005). Elles peuvent opérer en yuans et sur tout le territoire. Sinon, outre des exigences de dotations pesant sur elles, elles ne peuvent accepter des clients chinois des dépôts à terme de moins de 97.500 euros chacun.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc