×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Casablanca prépare son business plan 2020

    Par L'Economiste | Edition N°:2488 Le 20/03/2007 | Partager

    . 7.000 hectares dédiés aux zones d’activités. Extension du parc industriel Bouskoura et l’aéropôle de Nouaceur En 2020, Casablanca aura besoin de créer 660.000 postes d’emploi. La ville doit donc favoriser davantage l’implantation d’activités économiques. Chose qui n’est possible qu’en surmontant la pénurie du foncier, un des principaux obstacles à l’investissement. Les responsables de la métropole en sont conscients. Ces derniers sont en train de doter la capitale économique du «Plan Casablanca business parc 2020» qui table sur l’aménagement de 7.000 hectares. Le directeur du Centre régional des investissements (CRI), Hamid Ben Elfadil, l’exprime clairement: «Pour créer tous ces emplois, il faut attirer plus d’investisseurs. Pour ce faire, il faudra mettre à leur disposition une offre foncière et immobilière adéquate».Ainsi, les 7.000 hectares à aménager répondront aux besoins de tous les demandeurs. Que ce soit des plates-formes logistiques, zones touristiques, plateaux de bureaux ou zones industrielles, le plan veut satisfaire tout genre d’investissement. Une étude a été commandée afin de faire l’état des lieux et appréhender les besoins en foncier. Rien qu’en 2006, les demandes en zones d’activités, estimées à 1.000 hectares, sont restées insatisfaites. Et pour cause, Casablanca ne dispose pas d’une offre foncière suffisante et adaptée aux exigences des investisseurs. Le CRI a élaboré une stratégie en trois phases. Primo, l’organisation du marché de l’immobilier de l’entreprise les 22 et 23 février. Secundo, la mise en place d’un baromètre de l’immobilier de l’entreprise dans le Grand Casablanca (cf. www.leconomiste.com). La dernière étape est la mise en place du Plan Casablanca business parc 2020. Un plan qui rompt avec l’ancienne génération des zones industrielles, comme celles de Moulay Rachid, Sidi Bernoussi Zenata, Aïn Sbaâ Hay Mohammadi. Zones qui souffrent encore d’un déficit en équipement (voirie, assainissement, eau et électricité). En effet, la nouvelle vision de la ville en matière d’immobilier d’entreprise est novatrice. Il s’agit de confier l’aménagement et la gestion des zones d’activités à des professionnels pour atteindre les standards internationaux. C’est déjà le cas avec l’aéropôle de Nouaceur qui s’est spécialisé dans des activités en liaison avec l’industrie aéronautique. L’ONDA, aménageur et gestionnaire de cette zone, a engagé une réflexion sur les possibilités de son extension. Le parc industriel de Bouskoura, aménagé et géré par la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc, est aussi un exemple à suivre. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc