×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Casablanca: Lydec réhabilite les câbles électriques

Par L'Economiste | Edition N°:1760 Le 04/05/2004 | Partager

. Le renouvellement concerne 1.000 Km de câbles et 90.000 branchementsLe réseau électrique dans la métropole est à 49% constitué d’un «réseau aérien en cuivre nu» (1.550 Km). Pour limiter les risques d’accidents, la Lydec a lancé un programme de renouvellement de réseau électrique (basse tension). Un programme qui couvre Casablanca et Mohammédia. S’étalant sur une période qui va jusqu’à 2007, le programme vise à combattre la première cause de la défaillance du réseau électrique: la vétusté. Pour ce faire, les responsables de la Lydec comptent mettre en place un nouveau réseau. Désormais, des câbles torsadés, plus sécurisés et plus fiables, remplaceront les câbles en cuivre nu. La priorité est donnée aux quartier populaires à grande densité. Derb Sultan, Ancienne Médina, Hay Mohammadi et Al Alia à Mohammédia ont déjà fait l’objet de réhabilitation de leurs réseaux. Pour réussir l’opération, un budget de 200 millions de DH y est consacré. Au total, 1.000 Km de câble et 90.000 branchements sont concernés par le renouvellement. Jusqu’à présent, 135 Km sont déjà renouvelés dont 25 Km au cours du premier trimestre 2004.Selon Hicham El Khlifi, responsable de la coordination technique à la Lydec, la solution du «réseau en câbles torsadés» est plus pratique. Certes, la technique du «réseau souterrain» est plus fiable du point de vue de la sécurité, mais elle est difficile à mettre en oeuvre dans un milieu urbain très dense. Elle est cinq fois plus coûteuse et exige des délais trois fois plus importants. Sans parler aussi de la gêne de la circulation et des difficultés de la réfection des chaussées qu’elle engendre. Par contre, la méthode du réseau en câbles torsadés présente beaucoup d’atouts, conditions et délais optimaux de réalisation, peu de gêne pour la circulation et meilleure solution technico-financière. Pour l’opération, les ingénieurs du concessionnaire casablancais ont bénéficié de l’expertise des maisons mères (EDF). Une expertise qui profite également aux 15 entreprises marocaines sous-traitantes des travaux de renouvellement. Celles-ci sont obligées de respecter scrupuleusement les spécifications techniques, à savoir les normes de fabrication et de pose sur la façade des câbles. Le maître d’ouvrage (Lydec) en assure le suivi et en contrôle le respect. Les riverains et les habitants sont aussi associés à l’opération afin de recueillir leurs suggestions d’autant plus qu’ils connaissent mieux leurs quartiers.


Câbles nus

Court-circuit, sous-alimentation, surtensions, tels sont quelques dangers des câbles nus. Datant pour certains quartiers du protectorat, ces câbles sont plus que vétustes. Les fils nus passent devant les balcons, sans respect de la distance de sécurité. Plusieurs personnes, notamment les filles domestiques, ont été victimes d’accidents. Les coupures du courant étaient aussi nombreuses à cause de la dégradation des câbles. « Auparavant, on recevait beaucoup de réclamations qui portent toutes sur le réseau aérien vétuste qui est vulnérable aux intempéries. Une fois le réseau renouvelé, on ne reçoit pratiquement plus de réclamations», explique Noureddine Zairi, responsable d’exploitation à la délégation Casa-Anfa. Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc