×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Auto Expo: Un salon sur fond de renouveau

Par L'Economiste | Edition N°:1760 Le 04/05/2004 | Partager

. Le salon de l’automobile sera marqué par le renouvellement des gammes Une semaine durant, du 7 au 16 mai, les concessionnaires automobiles se donnent rendez-vous au salon de l’automobile (Auto-Expo). Organisé par l’Association des importateurs de véhicules automobiles montés (AIVAM), cette 4e édition du salon Auto Expo devra relancer un secteur automobile dont les ventes affichent une atonie.Mais cela n’atténue en rien l’enthousiasme des professionnels qui sont unanimes sur l’importance du secteur et le potentiel indéniable de son développement. Pour rappel, “durant les cinq dernières années, la croissance moyenne annuelle du marché ne dépasse guère les 3,4%”, souligne Mohammed Larhouati, président de l’Aivam. Pour preuve, les ventes ne vont pas au delà des 50.000 véhicules par an et ce, pour plus de 30 millions d’habitants. Au total, le parc national est estimé à 1,7 million d’unités dont l’âge de 80% des voitures dépasse les 10 ans. Ce qui se traduit par un coût social élevé et explique en partie le nombre élevé d’accidents et la pollution engendrée par un parc vieillissant et diésélisé à outrance. “Avec 50.000 unités vendues par an, il va falloir 34 ans pour renouveler le parc national”, estime Larhouati. Sur ce registre, l’Aivam suggère la mise en place de mesures drastiques dans l’application du contrôle technique ou encore une vignette et des assurances qui augmentent au fur et à mesure que l’âge du véhicule avance. Des mesures certes antisociales, mais elles auront le mérite de changer la configuration du parc. Selon les professionnels, les prix, jugés encore élevés, demeurent le principal facteur de blocage et de stagnation des ventes. Pourtant, ajoute Laghouati, les concessionnaires ne ménagent aucun effort pour comprimer les marges. Pour pallier cet handicap de prix, la profession sollicite un effort supplémentaire des pouvoirs publics sur les plans réglementaire et fiscal. Objectif, amorcer un abaissement généralisé des prix de vente des véhicules neufs. Pour rappel, les droits de douane sont de 32,5% sur les voitures particulières et de 40% pour les VUL (véhicules utilitaires légers). S’y ajoute, une TVA de 20%.


Dynamique

Les professionnels fondent beaucoup d’espoir sur cette grand-messe pour déclencher une dynamique dans le secteur automobile. Plus de 100.000 visiteurs seront attendus cette année à la Foire internationale de Casablanca. La surface d’exposition est de 13.500 m2, répartie entre le grand palais et l’esplanade. De plus, cet événement sera représenté par 84 exposants, soit une quarantaine de marques de véhicules. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc