×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Casablanca: La mairie veut relifter son organigramme

    Par L'Economiste | Edition N°:1715 Le 01/03/2004 | Partager

    . Réalisé par un bureau d'étude, un projet a été soumis aux élus. Ces derniers n'ont pas encore donné leur avalLa mairie de Casablanca devrait avoir un nouvel organigramme pour mieux répondre aux impératifs de l'unité de la ville. Loin de tout changement improvisé, deux études de réorganisation de la structure des villes unifiées ont été réalisées. Un premier projet retraçant une vision d'ensemble a été établi par le bureau d'étude KPMG. Le deuxième projet, réalisé par LMS, était plutôt une évaluation qualitative des ressources humaines. KPMG avait présenté sa copie devant les élus et les autorités de la ville de Casablanca. Il propose un organigramme en 7 directions, deux divisions et un service. “Tout cela ne constitue, en fin de compte, qu'une proposition”, note un membre du Conseil de la ville. Les élus qui sont plus au fait des problèmes de leur ville ont un autre point de vue. Ainsi, concernant le transport et la communication, Mohamed Bourrahim, rapporteur du budget au Conseil de la ville, propose que ces deux pôles soient élevés au statut de direction. “Le secteur du transport est un vaste chantier qui englobe à la fois la circulation, la signalisation et le transport public. Il mérite une direction à part entière”, insiste-t-il. Idem pour la communication à laquelle le projet de KPMG ne consacre qu'un simple service rattaché à la présidence. “La communication d'une ville ne doit pas être traitée comme celle d'une entreprise. Il faut communiquer avec les élus, les citoyens, les médias, les fonctionnaires, les autorités et la tutelle. Faire savoir ce qu'on fait, nous, les élus, et avoir de l'information en dépendent largement”, ajoute-t-il. De sources proches de la présidence, on apprend que les élus n'approuvent pas ce projet d'organigramme. “Le bureau d'étude a donné une vision d'ensemble qui n'est que partiellement adaptée à la réalité communale”, affirme un responsable à la mairie. Quoi qu'il en soit, un réaménagement de la structure de toutes les mairies s'impose. Celles-ci sont dotées de nouvelles attributions que les ex-communautés urbaines n'exerçaient pas. C'est particulièrement le cas de l'urbanisme, du personnel communal, des finances de la ville. La deuxième étude LMS a porté essentiellement sur le personnel communal. Conclusion: il y a bel et bien des compétences mais elles ne sont pas mises à profit. Les principes de méritocratie, de rétribution-contribution sont bafoués. “Il ne faut plus recruter selon la guise des présidents, mais en fonction de critères objectifs bien précis, sur la base de diplômes et d'expérience”, indique un cadre à la mairie.


    Directions

    Au total, le projet prévoit 7 directions. Il s'agit de la “logistique et les moyens généraux”, “le budget et les finances”, “ressources humaines”, “services au public”, “infrastructures”, “aménagement urbain et politique de la ville” et enfin “affaires économiques et transport”. Trois autres divisions sont également prévues par le projet: la division technologique et informatique, la division juridique et une autre pour le contrôle. La communication est érigée, elle, en simple service. Ali JAFRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      pu[email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc