×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Burj Dubaï pulvérise de nouveaux records

    Par L'Economiste | Edition N°:2689 Le 09/01/2008 | Partager

    . Construction du 158e étage Emaar Properties, société de promotion immobilière internationale basée à Dubaï, a accompli un nouvel exploit architectural avec la construction du 158e étage de «Burj Dubaï», le plus haut gratte-ciel au monde, culminant à une hauteur de 598,5 mètres. Les travaux de revêtement externes s’y poursuivent à un rythme effréné. En effet, jusqu’ici près de 58 étages sont déjà habillés de verre réflexif, d’aluminium, de panneaux d’acier antioxydant et de tubes mettant en relief la hauteur et l’esthétique de la tour. La tour de Dubaï a d’ores et déjà largement surpassé la tour «Taipei 10» à Taïwan (avec ses 508 m/1667 pieds) et la tour du CN de Toronto ( 553,3 m (1815.5 pieds). A son achèvement, le gratte-ciel aura nécessité donc l’équivalent de 330.000 m3 de béton armé, 39.000 tonnes de poutres en acier, 142.000 m2 de verre ainsi que 22 millions d’heures de travail pour tous ceux ayant contribué à son édification. A ce jour, plus de 5.000 ingénieurs, spécialistes et ouvrier travaillent sur le site du projet. Emaar s’est associé à Samsung et à l’américain «Turner international» afin de renforcer les capacités de direction et d’exécution du plan élaboré par Adrian Smith de la société «Skidmore, Owings et Merrill», basée à Chicago. Par ailleurs, la tour de Dubaï est située au cœur du nouveau quartier «Down town Burj Dubaï», initié par Emaar sur une superficie de 500 hectares avec une valeur totale de 73 milliards de Dh (20 milliards de dollars environ). Celui-ci renferme bon nombre de complexes résidentiels, de commerce et de loisir. Burj Dubaï regroupe également des unités d’habitation, des boutiques et des lieux de résidence dont le premier «hôtel Armani» au monde.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc