×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ahmed Chami au Club de L’Economiste
Un plan pour exporter des produits high-tech

Par L'Economiste | Edition N°:2688 Le 08/01/2008 | Partager

. Envol est la continuité du plan Emergence . Objectif: création de plus de valeur ajoutéeEngager le Maroc sur la voie de la nanotechnologie, le pari a de quoi surprendre. Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, le prend pourtant à travers Envol. De quoi s’agit-il? Un plan dont l’objectif est de cibler les secteurs technologiques de pointe pour en capter des parts de marché tout en attirant sur le territoire national des compagnies spécialisées. Le tout, à l’horizon 2020. La nanotechnologie, la microélectronique, la biotechnologie, les technologies de l’information, l’énergie et l’environnement, autant de domaines qui intéressent Envol. Au passage, pronostique le ministre, l’infrastructure technologique s’en trouverait améliorée. Entre autres structures, sur les 5 prochaines années, une dizaine de laboratoires spécialisés devraient voir le jour. Et l’emploi? Le ministre lâche d’emblée, «nous n’allons peut-être pas créer 100.000 emplois, mais ce que nous perdons en quantité nous le gagnons en qualité». A noter qu’au préalable 300 nouveaux chercheurs devront être formés et mobilisés.Et Chami, en bon «pratiquant» des nouvelles technologies, pour avoir fait carrière à Microsoft, se veut aussi réaliste dans sa démarche. Il admet qu’il serait «difficile pour le Maroc de concurrencer les Américains dont les investissements déjà réalisés pour la seule nanotechnologie se chiffrent en milliards de dollars». Il s’agit donc de cibler les créneaux où les résultats sont garantis». Pour mener son plan à bon port, Chami compte le doter de moyens humains et financiers. Sur le premier volet, il envisage de recourir à la pépinière de chercheurs marocains identifiés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Et pour attirer cette dernière cible, il est bien conscient de la nécessité de créer un environnement propice. Celui-ci englobe, tout à la fois, une clarification des choix stratégiques, la création d’une infrastructure attrayante en termes d’équipements et de logiciels ainsi que la mise en place de plateformes de valorisation et de transfert qui permettent la création de propriétés intellectuelles et de nouvelles entreprises. Côté financement, c’est le recours au capital-risque qui est prévu. Sa mise en œuvre se fera à travers deux projets: la Technopolis de Rabat et MASCIR. Le premier consiste en un parc dédié aux secteurs de la microélectronique et aux nanotechnologies et comprenant un centre de développement technologique pour les activités de recherche et développement. Il sera réalisé par Med Z au site de Technopolis Rabat. Une étude de faisabilité pour la mise en place du centre de développement technologique et du parc dédié à la microélectronique a été lancée. Le projet MASCIR (Moroccan Association for Scientific Innovation and Research), quant à lui, regroupe 3 organismes. Le Triangle de recherche et d’innovation de la vallée du Moyen-Atlas (MAVRIT), l’Institut des nanomatériaux et des nanotechnologies (INANOTECH) et l’Association Savoir et Développement, (regroupant des chercheurs et chefs d’entreprises marocains à l’étranger). MASCIR a pour mission de doter le Maroc d’une infrastructure physique et technologique et de ressources humaines.


«Envol n’est pas Emergence II»

Envol intervient plus pour compléter Emergence et non le remplacer. Stratégiquement, il se justifie par la nécessité de diversifier les exportations marocaines. Le nouveau plan est aussi là pour faire progresser les exportations marocaines en termes de valeur ajoutée. D’autant plus qu’elles sont constituées pour l’heure à hauteur de 60% de produits de basse technologie, 30% de moyenne technologie et 10% seulement de haute technologie.R. H.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc