×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Agro-alimentaire : Les performances du secteur

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    Production, investissements, exportations, diversification...le secteur agro-alimentaire poursuit un développement régulier et affiche de bonnes performances.


    Les industries agro-alimentaires comptent actuellement près de 1.600 entreprises employant plus de 100.000 salariés. La valeur de la production totale du secteur a atteint 43 milliards de DH en 1994, soit 35% de la valeur globale de la production de l'ensemble du secteur industriel marocain. Sur cinq ans (1989-94), le taux de croissance moyen annuel a été de 8% et les investissements sont passés de 1,5 milliard de DH en 1989 à 2,4 milliards en 1994. Ces investissements ont été réalisés à hauteur de 51% dans les branches orientées vers l'exportation. Les entreprises de ces branches qui regroupent à peine 16% de l'ensemble des unités du secteur des industries agro-alimentaires réalisent 19% des exportations de l'industrie nationale. En 1994, la part des entreprises étrangères installées au Maroc ou à participation étrangère dans la production agro-alimentaire totale s'est élevée à 17%.
    · Fruits et légumes frais: Ce secteur représente 18% de la valeur ajoutée agricole au Maroc et emploie 22% de la main-d'oeuvre exerçant dans l'agriculture. Ses exportations représentent environ 4 milliards de DH. Les superficies cultivées en fruits sont de 182.000 ha, celles cultivées en légumes s'élevant à 210.000 ha.
    Les exportations représentent 27% de la production fruitière et seulement 8% de la production maraîchère, ce qui illustre l'importance qu'occupe le marché local comme débouché ainsi que les possibilités d'accroissement des exportations.

    6 millions de journées de travail

    ·Transformation des produits horticoles: Ce secteur compte 120 entreprises, pour la plupart polyvalentes, représentant une capacité globale de l'ordre de 350.000 tonnes/an. Ces entreprises procurent annuellement 6 millions de journées de travail pour une main-d'oeuvre estimée à 40.000 salariés dont 27.000 permanents. Au cours des trois dernières campagnes, le chiffre d'affaires moyen réalisé par le secteur a atteint 3.500 millions de DH au niveau de la production et 2.800 millions à l'exportation. Ce dernier chiffre place le secteur de la transformation des produits horticoles en tête des branches exportatrices de l'ensemble de l'agro-industrie marocaine. Sa part dans les exportations de l'agro-industrie s'est élevée à près de 50% en 1994-95. Dans ce secteur, la branche des condiments occupe le premier rang en matière de tonnages et chiffres d'affaires réalisés à l'exportation.
    Parmi les principales productions et exportations de ce secteur figurent:
    - les câpres: La récolte porte sur 4.000 à 5.000 tonnes selon les années, plaçant le Maroc au 1er rang mondial. La totalité de cette production est transformée et exportée selon deux types de préparations: au vinaigre et en saumure.
    - jus de fruits, concentrés et dérivés d'agrumes: 20.000 à 25.000 tonnes et concentrés d'agrumes sont exportés annuellement, ce qui représente 80% de la production globale.

    - conserves de fruits: Il s'agit essentiellement de conserves d'abricots avec cependant une amorce de développement de certains segments d'agrumes. Les exportations de conserves d'abricots atteignent en moyenne 20.000 à 25.000 tonnes.
    · Produits de la mer: La production totale a atteint le niveau record de 720.000 tonnes en 1994, enregistrant ainsi un accroissement de près de 20% par rapport à 1993. Cette production provient à hauteur de 82% de la pêche côtière et 17% de la pêche hauturière, le reste étant constitué des productions algale, aquacole, de madragues et de corail.
    La production de la pêche côtière se répartit pour 52% à l'industrie des sous-produits, 17% aux industries de la conserve et pour près de 30% à l'approvisionnement du marché intérieur. En 1994, les exportations des produits de la mer ont atteint 210.000 tonnes pour une valeur de 5,8 milliards de DH. Les crustacés, mollusques et coquillages, produits de la pêche hauturière, ont représenté près de 60% de ces exportations. Le second poste est constitué par les conserves de poisson dont les exportations ont représenté 30% en volume et 26% en valeur de l'ensemble des exportations des produits de la mer.

    26.000 salariés, 10.000 marins

    L'industrie de la conserve emploie actuellement 26.000 salariés, auxquels s'ajoutent en amont 8.000 à 10.000 marins et salariés de la pêche, liés directement à l'activité des usines de conserve. La production des conserves de poisson est orientée presqu'exclusivement vers l'exportation. En 1995, la production de conserves de poisson a atteint 74.500 tonnes, dont 82% ont été exportées vers 86 pays des cinq continents. Parmi les principaux produits exportés figurent les sardines à l'huile végétale, à l'huile d'olive, à la sauce tomate... S'ajoutent les maquereaux et filets de maquereaux selon différentes préparations, les filets d'anchois allongés à l'huile ou roulés aux câpres, le thon entier...

    Les prix du SAM 96


    Lors du SAM 96, onze prix ont été attribués. Le jury a tenu à signaler que "lorsqu'une entreprise obtient un bon score sur l'un des critères de référence, il se trouve qu'elle a aussi de bons scores sur les autres critères". Ceci montre, toujours selon le jury, "que les efforts ont des effets de synergie". Le jury a décidé de réserver trois prix: huile, produits laitiers et confiserie. En revanche, il a créé un nouveau prix: les farines et les pâtes alimentaires.
    - Le plus beau stand: VCR/Unimer
    - Packaging: GDDA (pour son packaging du poisson)
    - Innovation: Conserves de Meknès (pour ses nouvelles huiles)
    - Prix de la gamme la plus diversifiée: COVEM
    - trois prix pour les produits frais: AGRI SOUSS; MARAISSA, DELASSUS (Le jury, compte tenu des scores très élevés obtenus par ces trois entreprises, a décidé d'octroyer trois prix dans cette catégorie).
    - Prix pour les conserves végétales: VMM
    - Prix pour la conserve du poisson: MIDAV
    - Prix pour les produits surgelés: TREGAL
    - Prix pour les boissons: FRUMAT
    - Prix pour l'épicerie fine: GRECOM
    - Prix des farines et pâtes alimentaires: GROMIC.


    -Prix pour les produits laitiers: réservé
    -Prix pour les huiles: réservé
    -Prix pour la confiserie: réservé

    Un prix spécial a été décerné au Crédit Agricole pour son soutien au SAM 96.


    Meriem OUDGHIRI


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc