×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Agadir: Grogne des adhérents du Sporting Club de tennis PLM

Par L'Economiste | Edition N°:1052 Le 04/07/2001 | Partager

De notre correspondante, Malika ALAMI. Le groupe a fermé le complexe de tennis depuis début mai pour y construire un hôtel. Les adhérents protestent contre la décision. Comme solution de rechange, les dirigeants de la chaîne leur proposent les courts de l'hôtel HaciendaLe Sporting Club du groupe Dounia PLM, situé dans le secteur balnéaire, est désert depuis début mai. Les filets des courts de tennis ont été enlevés et le personnel renvoyé. Seul un gardien, fidèle au poste, est là pour décourager tout intrus. Car l'établissement a cessé toute activité à la suite d'une décision du groupe. Ce qui a suscité un véritable tollé chez les adhérents. Ils jugent la manière dont ont procédé les gérants du club peu cavalière. Selon eux, la direction a mis la clef sous le paillasson sans même prendre la peine de les prévenir. Un grand nombre d'entre eux pourtant sont des assidus du Sporting depuis plusieurs années. “Cela fait 18 ans que je fréquente cet endroit et que je paie régulièrement mes cotisations. Je suis en droit donc d'exiger plus de communication de la gérance du club”, revendique un membre qui comme de nombreux adhérents regrette la fermeture de son club favori. Car selon lui, c'est le seul complexe de tennis de la ville doté d'un vrai court central. . Courriers, pétition...Pour faire changer d'avis la direction de l'établissement, ils n'ont pas ménagé leurs efforts. Ils ont multiplié les courriers, signé une pétition et même fait appel aux autorités locales, mais en vain. La décision est sans appel. Contacté par L'Economiste, Abdelhadi Alami, président de Dounia Hôtels explique que ce site acquis par le groupe est destiné à la construction d'un centre hôtelier et de loisirs, projet sur lequel le promoteur reste quand même discret pour le moment. Aujourd'hui, comme solution de rechange aux adhérents du Sporting, il propose les courts de tennis de l'hôtel Hacienda(1), unité gérée par le groupe et qui a rouvert ses portes récemment après avoir été paralysée pendant un an par un conflit social. Mais cette proposition ne plaît guère aux adhérents. Le Sporting Club les a marqués. Il a en effet abrité pendant plusieurs années un tournoi ATP, qui a réuni de célèbres joueurs mondiaux. «Pour promouvoir la destination, nous avions aménagé ce club en 1978 qui a abrité le tournoi ATP d'Agadir à maintes reprises. Ce qui nous a coûté plusieurs millions de DH, mais c'était pour le prestige», précise Abdelhadi Alami. Et d'ajouter: “Malgré l'arrêt du tournoi ATP d'Agadir, il y a près de cinq ans, nous avons maintenu ce complexe ouvert mais aujourd'hui, cela ne se justifie plus surtout avec le projet touristique envisagé''. Opération qui ne déplaît pas uniquement aux adhérents du club. Car il semble que plus d'un convoitait ce site.(1) Voir l'édition du 12 janvier 2001 ou http://www.leconomiste.com

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc