×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Agadir aura sa Villa des arts

    Par L'Economiste | Edition N°:3140 Le 30/10/2009 | Partager

    . Un projet de la Fondation du Sud. Des réalisations d’une valeur de 145 millions de DH Social, environnement, culture, la Fondation du Sud est un véritable vecteur de développement pour la région Souss-Massa-Draâ. En l’espace de cinq ans, à l’actif de cette jeune ONG, qui a l’allure d’une grande, de nombreux projets concrétisés. De fait, leur valeur depuis la création de la fondation en 2004 est de 145 millions de DH, générant plus de 254 emplois directs. Samedi dernier, lors de l’assemblée générale de l’entité, c’était l’occasion pour ses membres de dresser le bilan de l’ONG mais aussi de dévoiler le plan d’action pour l’exercice 2009/2010. Parmi les projets dans le pipe aujourd’hui, figure la construction d’une Villa des arts au quartier Founty, sur une parcelle de 1.126 m² offerte par la Smit (Société marocaine d’ingénierie touristique). Pour l’heure, le dossier est au stade des études. Parallèlement, la fondation s’attelle à réaliser un autre projet hors du commun. Il s’agit du programme de développement du douar Larbâat Sahel, dans la commune de Mirleft. L’opération, qui vise la création d’activités génératrices de revenus, est menée en partenariat avec la Commune de Mirleft, un bienfaiteur de la région et la principauté de Monaco. Cette dernière contribue au projet à hauteur de 25.000 euros. Ce n’est pas la seule action de la fondation en faveur des zones rurales de la région. Des campagnes de sensibilisation ont été notamment lancées en partenariat avec Radio Plus pour la scolarisation des enfants dans le monde rural. La lutte contre la drogue, la mortalité infantile, le travail des petites filles ainsi que les comportements civiques sont d’autres campagnes qui seront bientôt sur les ondes radiophoniques et les colonnes de la presse écrite à l’initiative de la Fondation du Sud. Dans le plan d’action 2009/2010, l’entité envisage également d’investir dans l’aménagement de structures dédiées aux personnes en situation précaire. Il s’agit de centres de désintoxication, ainsi que pour les handicapés et les aliénés mentaux. Par ailleurs, la construction d’une crèche dans la zone industrielle d’Aït Melloul et la mise en place d’un conseil régional de veille sociale sont aussi envisagées. En attendant, les membres de la Fondation du Sud entendent renouveler une opération d’orientation en faveur des bacheliers du monde rural. «Faute de moyens financiers, plusieurs jeunes se lancent dans des projets d’études inadéquats alors qu’ils ont le potentiel d’aller loin», explique un membre de l’ONG. C’est ainsi que la fondation a pris en charge le transport et l’hébergement en pension complète de 156 bacheliers du monde rural lors des concours des grandes écoles et facultés à travers tout le Maroc. Aujourd’hui grâce à cette démarche, 120 étudiants du monde rural ont intégré les grandes écoles du Royaume et la Fondation du Sud compte les accompagner jusqu’à la fin de leurs études. Pour ses membres, c’est le meilleur investissement que l’on puisse faire pour assurer la relève dans la région.


    Ferme expérimentale

    En marge de son assemblée générale, la Fondation du Sud a inauguré lundi dernier une ferme expérimentale. Une opération menée en partenariat avec la multinationale Bayer. La structure, au style architectural local, rappelle le souci environnemental mis en avant par la Fondation du Sud. Aussi la terre est le principal matériau utilisé pour sa construction. Ainsi conçu, le bâtiment s’intègre complètement aux cultures développées sur un terrain de 16 ha à Chtouka Aït Baha. L’objectif de ce projet, d’un coût global de 8 millions de DH, est de développer les techniques d’agriculture moderne.De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc