×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Addoha signe une nouvelle convention avec les Koweïtiens

    Par L'Economiste | Edition N°:2422 Le 14/12/2006 | Partager

    . Une nouvelle société mixte créée. Le capital de la nouvelle société : 50 millions DH pour commencer. Jusqu’où ira le cours?SOUS la présidence de S.M le Roi Mohammed VI et de l’Emir du Koweït Al-Cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, le président du groupe de Alajial Investment Fund holding, Bader Ajeel Ajeel, et Anas Sefrioui, président du groupe Addoha ont signé une convention de partenariat pour la réalisation de projets immobiliers et touristiques. La mise en œuvre de ce partenariat donnera lieu à la création d’une société commune de droit marocain dont le capital est fixé à 50 millions de dirhams réparti comme suit: - Douja Promotion Groupe Addoha: 50%- Consortium Maroco-Koeïtien de Developpement (CMKD):25%- Alajial Real Estate: 25% (filiale de Alajial Investment Fund Holding). De l’avis des analystes, plusieurs éléments doivent être pris en compte pour expliquer le «phénomène Addoha». Ils rappellent d’abord que le business plan 2006-2010 était particulièrement conservateur. En effet, à la date d’introduction en Bourse, seuls les terrains dont Douja Promotion Groupe Addoha était propriétaire ou en cours de finalisation, ont servi de base pour déterminer le chiffre d’affaires et les résultats prévisionnels. Il convient en outre de rappeler que les dirigeants de la société avaient accepté qu’il soit appliqué au prix de cession des actions une décote de plus de 15%. Enfin, les investisseurs, plus particulièrement ceux des pays du Golfe, ont été sensibles au fait que l’ensemble des terrains figure au bilan de la société au coût d’acquisition. Or le marché marocain de l’immobilier reste caractérisé par une augmentation régulière du foncier, notamment dans les grandes villes où sont implantés les projets Addoha. Les spécialistes soulignent que la société a «immunisé» son exploitation contre l’augmentation prévisible des coûts de réalisation de ses futurs programmes.Enfin, compte tenu du déficit cumulé du logement auquel s’ajoutent les besoins additionnels de chaque année (60% des Marocains ont moins de 30 ans), le groupe est assuré d’écouler rapidement toute sa production. Les derniers programmes en cours de réalisation à Marrakech, Tanger et Agadir, totalisant plus de 4000 logements ont été intégralement commercialisés en 3 mois (au lieu de 12 mois prévus). Ce succès commercial, la société le doit à la notoriété de la marque «Addoha» et à sa politique de transparence totale en matière de prix, ce qui lui a permis de conquérir très rapidement une place de choix au niveau de l’ensemble des villes où elle est implantée. Jusqu’où ira le cours en Bourse? Plusieurs facteurs permettent d’avancer qu’il continuera de s’inscrire dans un trend haussier en raison du très fort potentiel de croissance de la société. En effet, au cours de ces 5 derniers mois, rares sont les entreprises qui ont fait preuve d’un dynamisme aussi débordant qu’Addoha. Dès fin septembre, la société a annoncé l’acquisition de 482 hectares et tout porte à croire qu’elle a maintenu son rythme d’achat de foncier depuis. En outre, la société a noué des alliances avec des partenaires prestigieux, nationaux et étrangers, dont le milieu des affaires souligne à la fois le dynamisme et l’importance de leurs moyens financiers. L’ensemble des partenaires du Groupe Addoha (CDG, Al Qudra, CMKD, SOMED) est en effet résolu à investir massivement au Maroc dans notamment les secteurs érigés en priorités nationales, à savoir l’habitat et le tourisme. La concrétisation de ces alliances sera assurée à travers la création par Douja Promotion Groupe Addoha et chacun de ses partenaires d’une société filiale dont elle détient au moins 50% du capital. L e groupe Addoha qui, selon Anas Sefrioui «développera davantage ses réalisations dans le segment des logements sociaux mais diversifiera en parallèle son activité à travers la réalisation de plusieurs projets touristiques d’envergure» est incontestablement promis à un bel avenir, d’autant plus que les nouveaux partenariats sont susceptibles de lui permettre de pénétrer de nouveaux marchés à l’international (Algérie…). Grands projets à Rabat, acquisition de nouveaux terrains, diversification, nouveaux partenariats stratégiques, duplication du fameux «guichet unique Addoha» dans toutes les grandes villes du Maroc, industrialisation du processus de production des logements… Addoha aujourd’hui n’est décidemment plus le groupe introduit en Bourse en juillet dernier. «Nous en sommes conscients. Il nous est apparu de ce fait nécessaire de procéder à une refonte de notre business plan pour qu’il englobe toutes ces nouvelles données. Il sera dès lors de notre devoir de communiquer au marché les nouvelles prévisions qui en découleront pour la période 2007-2012» nous confie le président qui ajoute: «Nous tiendrons une conférence de presse à cet effet de même que nous comptons organiser avec nos banques partenaires un road-show dans les pays du Golfe, mais également à Paris, Londres et Genève». L’action Addoha? «Une valeur de premier ordre à bien conserver au fond du portefeuille», estime un analyste de la place.Said MABROUK

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc