×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Stratégie/Terre & Humanisme forme à l’agroécologie

    Par L'Economiste | Edition N°:4528 Le 19/05/2015 | Partager
    Un premier site à Rhamna en région rurale aride
    Il sera ouvert aux populations locales et du monde
    Inauguration officielle le 27 mai prochain

    C’est à Rhamna et plus exactement à douar Skoura que l’association Terre & Humanisme Maroc a choisi d’implanter son centre de formation et de diffusion de l’agroécologie au bénéfice de différents publics, Cipa (Carrefour des initiatives et des pratiques agroécologiques). Reconnue par les Nations Unies comme une solution aux problématiques d'environnement et de développement durable, l’agroécologie est une agriculture saine, respectueuse de l’environnement et de l’humain, une agriculture qui valorise les paysans et les paysannes, et les aide à s’adapter aux défis actuels. C’est aussi une réponse au phénomène de désertification qui peut permettre de stabiliser les populations dans les zones arides grâce à une gestion intelligente de l’espace et de l’eau. L'agroécologie qui souhaite réhabiliter des savoir-faire traditionnels propose avant tout des systèmes de production agricole basés sur les processus et non à la production à partir des intrants. Parmi ces pratiques, l’accroissement de la biodiversité, les traitements phytosanitaires naturels, la sélection des variétés les plus adaptées aux terres cultivées… A douar Skoura, le site d’expérimentation de trois hectares, qui sera officiellement inauguré le 27 mai prochain comprend 4 pôles: une ferme expérimentale pour démontrer la pertinence de l’agroécologie face à la désertification naturelle et humaine des régions rurales arides. Un pôle formation/pédagogie qui devra former des paysans, animateurs et acteurs territoriaux. Un autre pour accueillir des stagiaires résidents de tous pays et des séjournants solidaires pour favoriser ainsi les échanges culturels. Le dernier pôle est dédié à la diffusion des savoir-être et savoir-vivre écologiques, le plus important axe à nos yeux, insiste Abdelfettah Derouiche, co-président de Terre & Humanisme Maroc qui depuis sa naissance dispense des enseignements, sensibilise et plaide auprès des autorités, du monde de la recherche et des agriculteurs.
    L’association forme par exemple des animateurs, techniciens de terrain, capables de prodiguer des conseils dans leur région, de manière plus ou moins autonome. «Nous avons tous les types de profils: des petits agriculteurs analphabètes aux enseignants-chercheurs, en passant par des apiculteurs, des étudiants ou des retraités».

    10 ans d’existence

    Et d’une pierre deux coups, l’association Terre & Humanisme va aussi fêter ses 10 ans d’existence au Maroc, pendant lesquels l’agro écologie a été au centre de son action, avec l’appui de Pierre Rabhi de son réseau de Terre et Humanisme France et de nombreux autres partenaires marocains et internationaux. Pour rappel, Pierre Rabhi, expert international pour la sécurité alimentaire, est un pionnier de l’agriculture écologique. En 1985, il a créé le premier centre de formation à l’agroécologie au Burkina Faso. Aujourd’hui, plus de 90.000 paysans burkinabés pratiquent ses méthodes. Il a initié l’association Terre & Humanisme qui œuvre depuis 1994 au développement de l’agroécologie pour l’autonomie alimentaire des populations, particulièrement les plus démunies et la sauvegarde des patrimoines nourriciers.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc