×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Mosquées
Le contrôle des constructions réglementé

Par L'Economiste | Edition N°:4331 Le 04/08/2014 | Partager
Un dahir pour instituer des commissions provinciales
Une instance pour démolir ou fermer les bâtiments dangereux
Toujours rien sur les normes d’hygiène et les issues de secours

23% des mosquées au Maroc sont non conformes au cahier des charges de la tutelle

Il a fallu l’intervention du Souverain avec un dahir datant du 23 juillet 2014 pour prendre à bras le corps le problème de l’état des mosquées. Des constructions vétustes, hors normes et représentant un danger important servent, dans certains cas, de lieu de culte pour un nombre important de fidèles. Les drames ne sont pas loin. L’effondrement de la mosquée Bab Berdieyinne à Meknès a, rappelons-le, coûté la vie à 41 personnes en 2010. Depuis, très peu de mesures radicales ont été prises pour une mise en normes de ces constructions qui, sous le couvert du religieux, ne peuvent faire exception à la réglementation. Durant ce mois de Ramadan, un autre accident est survenu avec le décès de deux femmes à Marrakech suite à une bousculade dans une école faisant office de mosquée. C’était, semble-t-il, l’événement de trop. Aujourd’hui, la volonté paraît plus forte pour pallier ce problème. Le dahir de juillet dernier précise les modalités de contrôle des constructions faisant office de mosquée, les instances compétentes et les procédures nécessaires pour la garantie de la sécurité. Un contrôle technique des mosquées devra être diligenté par les walis  ou gouverneurs des régions ou provinces concernées. Le contrôle doit se faire sur la base d’une étude technique réalisée par un cabinet spécialisé. A cet effet, une commission provinciale devra voir le jour incessamment. Elle aura pour objectif de mettre en place un programme de contrôle des mosquées, déterminer les constructions nécessitant une expertise ou encore rédiger un cahier des charges pour l’expertise. La commission sera également en charge d’identifier les bâtiments qui nécessitent des travaux de réfection ou une démolition totale avant reconstruction. L’instance sera composée, entre autres, d’un représentant de  l’urbanisme, de la politique de la ville, de l’Agence urbaine et des affaires religieuses.
La commission doit se réunir au minimum une fois par an. Le texte fait uniquement référence aux mosquées  menaçant ruine totalement ou partiellement. Toutefois, plusieurs points restent en suspens. Quid des issues de secours, des extincteurs ou des normes élémentaires d’hygiène. Les chiffres, quoi qu’en dessous de la réalité, sont pour le moins alarmants. Sur l’ensemble des mosquées autorisées, 11.499 sont en non-conformité avec le cahier des charges de la tutelle. Le Maroc compte 50.000 mosquées autorisées et 1,5 million de fidèles qui y prient quotidiennement. Le ministère des Habous compte démolir puis reconstruire 1.539 espaces de prière, ainsi que la restauration et le renforcement de 9.960 mosquées (voir L’Economiste du 7 juillet 214). Une réforme plus globale doit être envisagée avec un cahier des charges plus contraignant. En plus de la réglementation, un véritable travail de sensibilisation doit être enclenché.
IL.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc