×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Solvency II
En Europe, les assureurs prêts à basculer

Par L'Economiste | Edition N°:4257 Le 17/04/2014 | Partager
80% y seront conformes en 2016, selon le cabinet EY
Nouvelles règles applicables au secteur

Les assureurs européens sont sur la bonne voie pour mettre en oeuvre les directives de Solvabilité II. Le degré de préparation varie selon les pays

Les assureurs européens sont-ils conformes à Solvabilité II? Près de 80% sont sur la bonne voie pour la mise en œuvre de cette directive avant janvier 2016, d’après une enquête menée par le cabinet EY (anciennement Ernst & Young)  auprès de 170 compagnies d’assurances. Le degré de préparation varie selon les pays. Les assureurs néerlandais, britanniques et nordiques sont les mieux préparés, d’après l’étude «European Solvency II Survey 2014». Les Français, les Allemands, les Grecs et les assureurs de l’Europe orientale sont moins confiants. Les exigences de déclaration (Pilier 3) représentent toujours un défi majeur, selon les résultats de l’étude. De plus, les assureurs exigent un meilleur soutien aux organismes de réglementation.  «Le report de l’entrée en vigueur de Solvabilité II à 2016 a renforcé la confiance des assureurs  pour être conformes dans les temps…», indique le spécialiste Martin Bradley. Globalement, les professionnels sont mieux préparés pour parer aux exigences du Pilier 1 (cf. notre édition N° 3946 du 10/01/2013). Ce sont les Néerlandais, Italiens et Français qui répondent le plus aux critères. Près de 85% des sondés par EY avancent dans leur conformité aux exigences du Pilier 2. Ils sont moins nombreux à disposer de moyens pour évaluer la qualité de leur gestion des risques (20%). De même, 83% des assureurs calculent encore manuellement leurs indicateurs clefs de risque.
Quant à l’ORSA (mécanisme clé pour parvenir à la gestion du risque et du capital), le degré de préparation varie selon les compagnies. Celles-ci (76%) sont aussi loin de répondre aux exigences du Pilier 3 qui restent, selon les analystes, «le parent pauvre de la directive». Ce sont les Pays-Bas qui sont les plus avancés (43% d’assureurs  se disent quasiment prêts sur le Pilier 3). L’analyse du cabinet EY fait référence aussi au peu de progrès réalisé dans les systèmes d’information et la qualité des données entre 2012 et 2013. Elle reflète aussi les attentes envers les superviseurs: «seuls 21% sont satisfaits de l’assistance qui leur est accordée». Le Conseil de l’UE a approuvé, le 14 avril dernier,  les nouvelles règles applicables au secteur de l’assurance. Parmi les changements introduits via la directive «Omnibus II», il est prévu de confier des missions particulières à l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP) et à l’Autorité européenne des marchés financiers (AEMF). Il s’agit notamment de clarifier «le rôle de l’AEAPP pour ce qui est d’assurer des approches techniques harmonisées en matière de calculs des dispositions techniques et des exigences de fonds propres pour les compagnies d’assurances...».


Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc