×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Actu
Baccalauréat
Attention à la triche, on vous surveille!

Par L'Economiste | Edition N°:4050 Le 11/06/2013 | Partager
MEN et Sûreté nationale conjuguent leurs efforts pour le bon déroulement des examens
Bac2013.taalim.ma, pour consulter les résultats dès le 26 juin
Le MEN muscle son dispositif anti-triche

Durant ces 5 dernières années, le nombre des candidats admis n’a cessé d’augmenter dépassant plus de la moitié des candidats inscrits. Mis à part l’année 2008, où il y a eu seulement près de 40% de réussite après la concrétisation de la réforme d’organisation

Jour J pour les 484.778 candidats au baccalauréat qui démarrent aujourd’hui les examens de la session normale. Rester concentré, faire preuve de persévérance et surtout, surtout éviter de tricher, car cette année, les autorités ne seront pas clémentes. En effet, c’est tout un arsenal anti-triche qui vient d’être déployé par le ministère de l’Education nationale qui espère ainsi mettre fin aux pratiques frauduleuses. Pendant toute la durée des épreuves, les candidats sont tenus de respecter le nouveau dispositif anti-triche mis en place cette année, à savoir l’interdiction de tout matériel électronique comme les smartphones (dont les capacités de stockage peuvent permettre toutes les dérives) et autres tablettes du genre. Même éteints, ces appareils sont prohibés. Tout échange de blanco, gommes, calculatrice, ou autres fournitures, est strictement interdit. Le cas échéant, le candidat est considéré comme fraudeur.
La tutelle rappelle également que les élèves doivent se présenter à l’établissement munis de leur CIN et convocation, au moins 30 minutes avant le début de l’examen. Comme à l’accoutumée, l’élève n’a le droit de quitter la salle qu’une heure après la distribution des épreuves. De plus, cette année, le MEN annonce 20 candidats par classe afin de faciliter la surveillance. En cas de triche avérée, la commission de correction a le droit de constater le plagiat en comparant des copies similaires ou quasi similaires.
En plus des mesures anti-triche intra-établissements, la direction de la Sûreté nationale a aussi déployé, à travers tout le pays, un dispositif spécial afin de veiller à la sécurité de l’entourage des lycées. Des équipes de policiers contrôleront les pièces d’identité de chaque personne qui se trouve à côté d’un établissement. Des campagnes d’hygiène seront aussi lancées afin de veiller à la propreté aux alentours des établissements. L’objectif de toutes ces mesures est de veiller au bon déroulement des examens afin d’assurer une égalité des chances, et cela même pour la session de rattrapage prévue entre les 9 et 11 juillet prochain.
Petit coup de pouce, cette année, pour les candidats qui n’auront plus à se déplacer jusqu’à leur établissement pour connaître leurs résultats. Ils les trouveront directement sur le  site http://www.bac2013.taalim.ma/, mis en place par le MEN. Dès le 26 juin, il suffira d’entrer le code national de l’étudiant (CNE), suivi de @bac2013.taalim.ma (dans le login) et la date de naissance format jjmmaaaa (dans le mot de passe) pour pouvoir y accéder. Il existe aussi la possibilité d’envoyer un email à l’adresse électronique suivante [email protected] bac2013.taalim.ma, pour un complément d’information.
Si le taux de candidats à augmenté de 8%, rien n’assure que le taux de réussite y sera corrélé. Une question qui préoccupe les départements concernés. Un nombre croissant de bacheliers conforte en effet l’image d’un système éducatif performant. Mais le problème de l’engorgement des universités se pose avec acuité. Pour rappel, en 2012, le taux de réussite était de 57,31% pour un effectif de 320.877 candidats. Une proportion qui a causé un débordement des universités marocaines. Q’adviendra-t-il du cru 2013?

Les techniques de triche

Des techniques de triche de plus en plus élaborées avec une bonne préparation et de l’entraînement même. Les élèves ont développé des techniques incroyables mais vraies pour «pomper» lors des examens. Une panoplie de méthodes plus ingénieuses les unes que les autres.
Sur la calculatrice
La pochette de la calculatrice, un moyen efficace pour inscrire les formules scientifiques au crayon de papier. Les élèves assurent que cette méthode est quasi indétectable par les  surveillants
Dans la trousse 
Souvent des petits bouts de papiers écrits minutieusement sont mis dans la trousse. Ces papiers sont appelés «lhrouza» ou «nkila», etc.
Cercle en carton
Cette une option de triche est un peu plus développée. Les élèves utilisent des cartons en forme de cercle et les clouent avec une punaise sous la table. Il font ensuite pivoter le cercle, la face écrite vers le haut. Il est très facilement rabattable lorsque le prof lève la tête.
Sur les cuisses
Voilà sans doute la technique la plus ancienne de triche. Elle consiste à placer le papier contenant les informations sur les cuisses et puis regarder directement. Les filles écrivent carrément sur leurs genoux et il suffit de mettre une jupe pour pouvoir tricher.
Sur la table
Lors de la surveillance, plus que 90 % des cas de fraude lors des examens sont effectués grâce à l’écriture sur les tables.

Rajaa DRISSI ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc