×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    Chine/fièvre hémorragique: L’OMS s’inquiète

    Par L'Economiste | Edition N°:2076 Le 01/08/2005 | Partager

    . En revanche, Pékin affirme que la maladie est sous contrôle Le ministre chinois de la Santé Gao Qiang a affirmé qu’une fièvre hémorragique d’origine porcine, qui a tué 31 personnes dans le sud-ouest de la Chine, était sous contrôle, mais l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pense qu’il est encore trop tôt pour le dire. “L’épidémie est en phase de contrôle préliminaire”, a déclaré Gao dans un communiqué publié le 28 juillet dans la soirée sur le site Internet du ministère.Dans la province du Sichuan, le nombre de cas de cette fièvre contre laquelle n’existe aucun traitement efficace est passé à 152, soit 21 de plus que mercredi 27 juillet. “Il est trop tôt pour dire que (la maladie) est sous contrôle parce qu’il y a des nouveaux cas et des nouveaux morts”, a déclaré de son côté le porte-parole de l’OMS en Chine, Bob Dietz. Seuls sept patients étaient sortis le 28 juillet guéris de l’hôpital, tandis que 27 autres se trouvaient dans un état critique.L’OMS s’inquiète d’une possible virulence accrue du streptocoque à l’origine de la fièvre qui a frappé plus de personnes que jamais auparavant, mais souligne que de nouveaux tests de laboratoire sont nécessaires pour déterminer si d’autres facteurs ne sont pas à l’oeuvre.Le ministre chinois s’est rendu jeudi 28 juillet dans l’hôpital de Ziyang, la municipalité du Sichuan la plus affectée par la maladie. Selon Gao, l’augmentation du nombre de cas est avant tout due à une surveillance sanitaire accrue qui a permis de les répertorier.Au moins 300 élevages de porcs ont été atteints par l’épidémie qui a frappé plus de 70 villages.Les autorités ont interdit aux paysans de tuer eux-mêmes les cochons. Mais les familles pauvres procèdent fréquemment elles-mêmes à l’abattage de porcs, qui ont été rejetés par les abattoirs pour cause d’infection.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc