×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Association mondiale des services publics d’emploi: Le Maroc prend la présidence après la Turquie

    Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5257 Le 23/04/2018 | Partager
    3 ans pour gérer les différents acteurs internationaux du marché de l’emploi
    Objectif: s’adapter et anticiper un monde du travail en changement constant
    Développement durable et numérique, deux créneaux qui changent la donne
    femmes_jeunes_chomage_057.jpg

    Les taux de chômage les plus élevés sont enregistrés principalement parmi les femmes (14,7% contre 8,8% parmi les hommes), les jeunes âgés de 15 à 24 ans (26,5% contre 7,7% parmi les personnes âgées de 25 ans et plus) et les détenteurs d’un diplôme (17,9% contre 3,8% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme). Ce sont également ces catégories qui ont enregistré les hausses du taux de chômage les plus significatives entre 2016 et 2017: 0,6 point parmi les femmes, 0,7 parmi les jeunes de 15-24 ans et 0,3 point parmi les diplômés

    De 2018 à 2021, c’est au Maroc que revient la présidence de l’Association mondiale des services publics d’emploi (AMSEP). Les trois années précédentes, cette fonction était assurée par la Turquie. A l’occasion de son 11e congrès, et pour célébrer son 30e anniversaire, les membres de ce réseau mondial de référence étaient réunis à Marrakech.

    Les discussions ont porté sur deux contextes qui bouleversent tout sur leur passage: le développement durable et l’ère du numérique. Des priorités qui sont aussi celles de la Turquie malgré «les difficultés et les obstacles que nous connaissons dans notre pays, comme le coup d’Etat de 2016 et la crise en Syrie», confie Ahmet Erdem, sous-secrétaire au ministère du Travail turc.

    Celui-ci revient sur les objectifs partagés d’une meilleure répartition salariale entre les femmes et les hommes, l’emploi des jeunes, les programmes de formation en ligne… «Pour tous ces problèmes, les services publics d’emploi ont la tâche de faire partie des solutions», appuie Erdem.

    Alors ces journées dédiées au partage de bonnes pratiques sont toujours une aubaine. D’autant que l’AMSEP réunit près de 85 de ces SPE pour plus d’un million de travailleurs dans le monde entier. Des membres qui gèrent des marchés du travail affichant des taux de chômage allant de 2% à 80%. Un large éventail.

    «Avec près de 200 millions de chômeurs dans le monde, le rôle des services publics d’emploi est de préparer des politiques assurant la concordance entre la main-d’œuvre disponible et la demande, ainsi que les processus d’emploi», souligne le président sortant, Cafer Uzunkaya. Cet événement met donc sur la table les sujets liés au numérique, son impact, le développement de l’employabilité, l’entrepreneuriat, et bien sûr la prestation des SPE sur ces créneaux.

    Le nouveau président de l’AMSEP, Noureddine Benkhalil, qui est aussi DGA de l’Anapec, rappelle comment l’agence nationale a pu, à défaut de moyens financiers et humains, se déployer sur le territoire grâce à la digitalisation. «Pour autant, insiste-t-il, l’Anapec reste dans le besoin de ces temps d’échanges pour améliorer la qualité de ses services». Le Maroc devant travailler en priorité sur l’emploi des femmes, des jeunes et des diplômés, les catégories les plus touchées par le chômage.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc