×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossier Spécial

Green building, éco-construction, efficience énergétique…Quand l’habitat se met au vert…

Par Fatima HAÏM | Edition N°:4903 Le 23/11/2016 | Partager
Des constructions «durables» pour faire face aux nouveaux enjeux environnementaux
Un secteur encore très minoritaire dans les grands projets d’urbanisme au Maroc
habitat_vert_003.jpg

Le siège de Zurich Assurances Maroc, situé sur le bd Zerktouni, est un modèle d’efficience énergétique et de développement durable (Ph. L’Economiste)

Bâtiments «écolos», green buildings, efficacité énergétique, etc. Le secteur de la construction est confronté aux nouveaux enjeux de développement durable. En effet, les professionnels du bâtiment ont tendance à tenir compte des standards environnementaux dans la construction, pour limiter la production de déchets. Il faut savoir que le BTP est l’un des secteurs les plus polluants, responsable de près de 25% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère… D’où l’importance, voire l’urgence de trouver de nouvelles solutions innovantes pour limiter l’impact de cette activité sur l’environnement, en encourageant  l’immobilier «durable» avec des constructions vertes et écolos. Ce concept d’habitat est encore à un stade embryonnaire. Voici quelques éclairages.  

■ Qu’est-ce qu’un «green building» ou éco-construction?
Le «green building» est un concept de bâtiment qui intègre des méthodes de constructions dites durables, avec l’utilisation d’un ensemble de techniques et de matériaux destinés à minimiser l’impact sur l’environnement et la production de déchets. Le bâtiment vert, efficient sur le plan énergétique, est conçu avec des matériaux naturels, généralement issus de matériaux recyclés.
«Le concept d’éco-construction ne se limite pas à l’utilisation de matériaux naturels, il s’intègre dans une réflexion urbanistique et une démarche architecturale qui prennent en compte l’emplacement et la topographie du site sur lequel il est érigé», résume un expert de la construction.

■ Des bâtiments conçus pour offrir un confort optimal
En effet, la notion d’éco-construction ou d’habitat vert s’inscrit dans une démarche respectueuse de l’environnement, à chaque phase du projet: de la conception à la construction. Ce type d’édifice est étudié pour offrir un confort et une qualité sanitaire optimisés.  L’orientation architecturale est aussi basée sur des principes bioclimatiques, pour une meilleure efficience énergétique tout en garantissant une bonne isolation thermique.  
Au-delà de la notion «d’efficacité», d’autres paramètres entrent en compte dans l’élaboration d’un «green building», à savoir sa durée de vie. En effet, sa démolition (éventuelle) est aussi prise en compte, et tient compte d’un niveau «bas carbone» pour répondre aux enjeux liés au climat.  

■ Une efficience énergétique renforcée
Le BTP est aujourd’hui directement concerné par la problématique de l’efficience énergétique… Un secteur où les matériaux et les équipements répondent à des orientations stratégiques (règles bioclimatiques) avec une isolation optimale (laine minérale ou chanvre), protection des plafonds pour une meilleure étanchéité des façades, protections solaires, systèmes de ventilation naturelle, confort acoustique, etc.  Un bâtiment «vert» permet de réaliser 50% d’économies en énergie, voire au-delà.

■ Un exemple d’éco-construction: le siège de Zurich Assurances Maroc, à Casablanca
Cet imposant bâtiment en forme de cube est typique d’une construction bioclimatique. Il s’agit du «fruit d’un concept architectural et d’une réalisation à la pointe de la technologie. Son mode de fonctionnement est basé sur l’optimisation de la consommation d’énergie grâce à la configuration de la façade qui assure une performance en isolation sonore et thermique. La façade, réalisée en double vitrage avec des stores électriques intégrés et gérés automatiquement en fonction de l’intensité du rayonnement solaire. La gestion centralisée des stores permet leur fermeture en cas d’ensoleillement direct en vue de réduire l’effet thermique du rayonnement solaire. Ceci se traduit par une économie de la consommation énergétique liée à la climatisation», explique Fatiha Ellatifi, responsable Bâtiment & Travaux à Zurich Assurances Maroc.
Ce bâtiment, conçu selon les standards les plus élevés en matière de qualité et de développement durable, est un modèle de performance énergétique.
«Les espaces de bureaux sont équipés de lampadaires mobiles à éclairage indirect avec des détecteurs de mouvement intégrés et des régularisateurs d’intensité de lumière pour répondre aux besoins personnalisés des collaborateurs en tenant compte de l’intensité de la luminosité naturelle dans le plateau. Les parties communes sont également dotées d’un éclairage basé sur les détecteurs de mouvement. Cela permet un éclairage au besoin pour éviter ainsi les omissions involontaires d’extinction de lumières qui sont sources de gaspillage énergétique», poursuit Fatiha Ellatifi.

■ Le concept de smart cities: ville de demain?
Cette notion de ville dite «intelligente» désigne une ville qui utilise les TIC dans son développement urbain. Six critères cependant pour définir une ville «connectée»: une économie intelligente, un habitat intelligent, un mode de vie intelligent (éco-citoyen), une administration intelligente (pour une gouvernance durable), des habitants intelligents et enfin un environnement intelligent qui privilégie le développement durable.
D’autres paramètres entrent en compte dans le concept de smart city comme l’équilibre entre le bâti et les espaces verts, la biodiversité, les infrastructures de transport en commun (pistes cyclables et parcours de marche favorisés) pour réduire le transport routier.
En France, Montpellier, Clermont-Ferrand ou Poitiers sont des exemples de villes connectées, qui répondent aux critères définis plus haut. Ou encore Pampelune en Espagne, Cardiff en Angleterre ou encore la ville d’Ancona en Italie…

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc