fermer
Accueil

L'économiste, le premier quotidien économique au Maroc

lundi 22 septembre 2014,
En cours de chargement ...
Votre newsletter

Permis et cartes grises électroniques
Les services des mines engorgés

   
. Le ministère a fixé la durée de délivrance à 20 jours. Quelque 1,5 million de cartes à puce en circulation
C’EST toujours le calvaire dans les services d’immatriculation et des mines. Les solutions informatiques prônées n’arrivent pas encore à désengorger les différents points de délivrance des permis de conduire et cartes grises. Depuis le démarrage de l’opération en août 2007 à Rabat, plus de 1,5 million de cartes à puce java sans contact ont été délivrés. Soit près de 810.000 permis de conduire (54%) et 690.000 cartes grises (46%) qui sont d’ores et déjà en circulation. Ce qui veut dire que l’on est encore loin du rythme normal pour une telle opération. En d’autres termes, il y a encore du retard dans le traitement des dossiers. Les candidats au permis empruntent toujours un chemin de croix vers la Perception et font des allers-retours interminables vers le service des mines de leur ville de résidence pour obtenir enfin leurs documents sous le nouveau format. En effet, les guichets sont tellement engorgés que les gens sont obligés de faire la file, au moins trois fois. «C’est un casse-tête rien que pour récupérer le permis provisoire (blanc) dont la durée de validité est de 60 jours», proteste un jeune candidat R’bati. Ce document est souvent délivré une semaine à 15 jours, après le dépôt du dossier. Suite à l’expiration de ce titre, un autre dit probatoire est délivré au candidat sous format électronique. Sa durée d’usage est d’une année. L’obtention du permis définitif se fait, en principe, 7 à 15 jours après l’expiration du deuxième titre provisoire. Toutefois, la réalité sur le «terrain» est très différente. En effet, le délai des délivrances est rarement respecté, notamment pour la récupération du titre définitif. «Mon permis de conduire qui date de 20 ans a été abîmé. J’ai décidé donc de le changer et cela m’a coûté un max. Je n’ai toujours pas reçu mon document définitif et je ne circule qu’avec le bout de carton blanc. Ce dernier dont ils viennent de prolonger la validité de deux autres mois a l’air 10 fois pire que le permis que je leur aie rendu au début», raconte Hafida qui attendait son tour au service des mines de Kénitra. Dans un cadre plus ponctuel, la société Assiaqa Card a entrepris, durant les trois derniers mois, un travail «conséquent» en collaboration avec le ministère de l’Equipement et du Transport en vue d’apurer les dossiers en validation ayant retardé la délivrance d’un nombre important de permis de conduire et de cartes grises électroniques. Dans ce sens, «une décision du ministre de l’Equipement et du Transport a été prise fin juillet pour liquider les retards enregistrés», affirme Abdelfettah Chahli, directeur des systèmes d’information même département. «Les centres ont été ainsi rééquipés en personnel et en matériel», renchérit-il. De ce fait, un délai de 20 jours tout au plus a été fixé par le ministère pour la délivrance des titres électroniques. Toutefois, les choses semblent rester telles qu’elles étaient. Une candidate, ayant passé son examen il y a un an et demi, s’insurge contre la «désorganisation» qui règne dans le bureau du service des mines de Rabat. Suite à l’expiration de son permis électronique «probatoire», soit un an après avoir réussi son test, elle s’est dirigée au centre pour demander son permis définitif. «Jusqu’à ce jour rien n’a été fait et aucune explication ne m’a été donnée», indique Mouna. Et d’ajouter: «C’est pour la troisième fois qu’on me prolonge la validité du titre blanc et mon permis définitif, je ne sais où il traîne depuis six mois déjà. A chaque fois que je viens au service des mines, on me dit que mon permis est bloqué et que je dois revenir dans 15 jours!» Par ailleurs, «90% des demandes sont traitées dans les délais. Les 10% sont des dossiers à problèmes, tel est le cas d’une carte grise non délivrée à cause d’une saisie de véhicule par exemple», explique Chahli. «Le ministère a adressé ses instructions à tous les centres du Royaume pour ne plus prolonger la durée de validité des titres provisoires», ajoute-t-il.
Le tout via Internet!

APRÈS sa signature de la convention de concession avec le Groupement Sagem Défense Sécurité, m2m Group et Attijari Capital Risque (février 2007), le ministère de l’Equipement et du Transport s’est engagé à informatiser son système pour simplifier au maximum les procédures. L’objectif, bien sûr, est d’offrir aux citoyens des services dématérialisés, modernes et plus pratiques. Les cartes électroniques sont certes plus avantageuses, mais le ministère doit encore roder sa machine. Dans le cadre de «la Solution définitive» dite solution cible, un nouveau système devrait bientôt permettre aux candidats au permis de saisir leurs dossiers d’enregistrement par Internet, de les envoyer aux centres d’immatriculation et de télécharger même les reçus de leurs dépôts. «Pour l’instant, nous proposons un système de réservation en ligne (www.assiaqacard.ma) qui est disponible et opérationnel pour prendre des rendez-vous au niveau des agences d’Assiaqa», indique Redouan Bayed, président de la société concessionnaire Assiaqa Card.Bouchra SABIB