Economie

Les dessous de «l’affaire du FUS»

Par L'Economiste | Edition N°:2732 Le 11/03/2008 | Partager

. Des résistances contre le projet de développement du club . Le Conseil de la ville statue aujourd’hui Les murs de la salle couverte fissurés, les vestiaires nauséabonds, les portes sans poignées, le gazon de la pelouse envahi par les mauvaises herbes... Les infrastructures du Fus de Rabat sont dans un état de délabrement avancé. Ce Club Omnisports (18 sections) a besoin plus d’une cure de jouvence. Dans l’immédiat, le Fus a lancé un programme d’urgence de 4 millions de DH. L’objectif est de mettre à niveau les installations pour permettre aux adhérents de jouer dans de meilleures conditions. Mais en attendant, c’est un véritable plan de restructuration avec la création de deux sociétés anonymes (Fus gestion et Fus développement), détenues totalement par l’association Fus Omnisports qui se prépare. Le Fus est représenté aux conseils d’administration des deux sociétés par le président Mohamed Mounir Majidi et les membres du comité directeur que sont Mouatassim Belghazi (président de Somed) Mustapha Bakkoury (DG de la CDG) notamment. Ceux-ci agissent en qualité de représentants du Fus Omnisports et non intuitu personae. Ces personnes n’ont aucun intérêt direct ou indirect dans ces deux sociétés, note un document du club. «Ce projet de développement du Fus ne profitera pas aux personnes citées. Au contraire, il est destiné à bénéficier à la collectivité et à la jeunesse de Rabat», précise Mouatassim Belghazi, par ailleurs, président de la Fondep (micro-crédit).Il est à noter que l’une des variantes du montage repose notamment sur un projet d’investissement sur les terrains actuels du Fus (d’une superficie de près de 2,5 hectares) afin de permettre au Club de financer la construction et l’aménagement de nouvelles infrastructures conformes aux standards internationaux. Le Club devra déménager ailleurs. Des sites ont été prospectés pour accueillir ces nouvelles installations. Mais, avant de trancher définitivement, il faudra attendre la décision du Conseil de la ville qui doit statuer sur le projet aujourd’hui. «En tant que président du Fus, je conçois que des personnes ne soient pas d’accord avec ce projet de développement. Nous sommes en démocratie et d’autres intervenants peuvent faire du lobbying ou d’autres propositions. Mais, quelle que soit la décision du Conseil de la ville, nous l’accepterons», a tenu à préciser Mounir Majidi lors d’un point de presse donné dimanche à Rabat. Il est à rappeler que ce projet a été discuté avec les clubs mitoyens comme le Stade marocain et l’Olympic marocain, considérés comme des parties prenantes.M. C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc