Régions

Fès-Tourisme: Les priorités du Président de l’association hôtelière

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5151 Le 20/11/2017 | Partager
Qualité d’accueil, lutte contre l’informel, formation...
Abdelhadi Mernissi réélu pour un nouveau mandat

Abdelhadi Mernissi vient d’être réélu à la tête de l’Association régionale de l’industrie hôtelière de Fès (ARIH). Reconduit à l’unanimité pour un nouveau mandat de trois ans, Mernissi entend encourager l’investissement dans le secteur hôtelier, inciter à l’amélioration de la qualité des prestations hôtelières et défendre les intérêts des propriétaires des établissements touristiques classés.

«Dès mon premier mandat, je me suis consacré à la remise sur rail de notre association et sa redynamisation avec l’implication de tous les acteurs de la ville, les professionnels de l’industrie hôtelière, ainsi que notre Fédération nationale… aujourd’hui, je rempile», indique le Président de l’ARIH. Pour lui, le tourisme est l’un des seuls secteurs de l’économie locale capable de créer de la richesse et des emplois.

D’autant que la capitale spirituelle devrait connaître un bel essor grâce à la refondation de son cœur historique. Cette cure de jouvence encouragerait les touristes à se rendre à Fès et «la vivre». «Il faut les accueillir dans les meilleures conditions, afin qu’ils puissent découvrir un lieu riche en histoire, l’apprécier et y revenir», estime Mernissi. Pour lui, «l’inauguration du nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss, la création de nouvelles connexions aériennes avec les capitales européennes et le renforcement des capacités hôtelières sont d’un grand apport pour la destination».

L'union sacrée des hôteliers

Toutefois, pour réussir le pari de la destination touristique et culturelle, «il faut lutter contre la prolifération des maisons d’hôtes et les appartements meublés travaillant dans l’informel». Car, selon Mernissi, «ces endroits nuisent à l’image de la destination, son hospitalité et la qualité de son accueil».

«En plus, ils nous infligent une concurrence déloyale et notre manque à gagner est énorme», dénonce-t-il. Pour y remédier, la lutte devrait s’intensifier en partenariat avec les autorités. Idem, il est demandé aux Online Travel Agency (OTAS) et sites de réservations en ligne de retirer les annonces des établissements non conformes aux lois.

En attendant, l’autre priorité de l’ARIH est d’asseoir un climat serein et de confiance entre syndicats et patrons d’hôtels. L’objectif est de préserver les droits des uns et des autres et garantir la bonne marche des unités hôtelières avec des prestations de qualité. Dans cette optique, l’ARIH a inauguré également un partenariat avec les établissements de formation hôtelière.

En application de cet accord, les élèves et lauréats de ces écoles profitent de stages et séminaires encadrés par les professionnels du tourisme. «Ils sont impliqués dans des manifestations culturelles à l’instar du festival d’art culinaire de Fès», souligne Mernissi. Ce dernier se dit «fier» d’avoir exhorté et soutenu la création d’un master en tourisme au sein de l’Université Euromed de Fès (UEMF).

Cette filière qui est une avant-première dans le champ universitaire de Fès est pleinement opérationnelle. «Des étudiants de l’UEMF sont en phase de leur dernière année d’étude à la Sorbonne à Paris. Notre association est venue en aide aux plus démunis d’entre eux pour leur permettre d’achever leur cycle à Paris», conclut Mernissi.

De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc