Economie

Foncier de l’Etat: Que de beaux chiffres, mais…

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5148 Le 15/11/2017 | Partager
7.000 ha mobilisés par an, peu de valorisation
L’énergie, l’habitat, le tourisme et l’industrie en priorité
Les investissements projetés ciblent des emplois par milliers
foncier_de_letat_048.jpg

Bien que le régime déconcentré (projets plafonnés à 200 millions de DH) ne porte que sur 15% des superficies, il crée 97% des emplois et participe pour un tiers au montant total d'investissement

Le foncier ne serait plus semble-t-il un frein à l’investissement. En tout cas pas autant que les années 1990, du moins pour les secteurs couverts par des stratégies de développement. A se référer aux chiffres du Ministère des Finances (Rapport économique et social 2016), la mobilisation du patrimoine privé de l’Etat est sur  une dynamique soutenue. Environ  76.000 ha ont été  affectés sur la période 2002-2016.

Cette superficie, qui n’englobe pas le Plan Maroc Vert, a couvert l’essentiel des chantiers de mise à niveau des infrastructures et des plans sectoriels pour un investissement projeté de 300 milliards de DH et la création de 253.000 emplois. Rien que sur l’année 2016, plus de 7.300 ha ont été mobilisés, toujours hors Plan Maroc Vert. Ils portaient sur  232 projets créant 9.136 emplois pour un investissement de 13,8 milliards de DH.

La part des projets de plus de 200 millions de DH, et donc nécessitant une convention avec l’Etat, ne dépasse pas 2%  de l’ensemble, mais concentre 85% de la superficie mobilisée.  Avec moins de 1% des emplois projetés malgré l’importance des investissements qui représentent 63% du total.  Mais comme les projets concernés portent essentiellement sur les énergies renouvelables, il faut attendre les effets induits, notamment à travers les industries et activités annexes. 

Au total, 4 projets de conventions portant sur une superficie de 6.230 ha ont été approuvés par la Commission des investissements l’année dernière.  Ces conventions sont également assorties d’avantages fiscaux et douaniers ainsi que du bénéfice d’infrastructures extérieures.  La plus importante a été conclue avec la société EEM, filiale de Nareva,  qui s’est engagée à réaliser un parc éolien sur un foncier domanial de 6.200 ha pour un investissement de 4 milliards de DH. 

En revanche, la mobilisation du foncier relevant de la gestion des Centres régionaux d’investissement (CRI) se taille la part du lion en termes du nombre de projets et de création d’emplois.  L’investissement projeté en 2017 s’élève à 5 milliards de DH.
Le nombre de projets agréés dans ce cadre déconcentré s’élève à 227 pour une superficie de 1.075 ha, soit 15% de la superficie concédée. A terme, ces projets devraient générer 8.870 emplois: 97% des postes prévus à travers la mobilisation du foncier privé de l’Etat. 

foncier_etat_048.jpg

Sur les 227 projets agréés en 2016, trois secteurs se taillent 82% du foncier de l’Etat. L’habitat vient en tête avec le tiers. Il est suivi par le tourisme (32%) et l’agro-industrie (16%)

Par secteur, l’habitat, l’agro-industrie et le tourisme en concentrent l’essentiel: 82% du foncier. Ils sont suivis par le commerce, l’industrie et la formation. Par contre, la santé et l’artisanat sont quasiment absents. En termes de création d’emplois, c’est l’industrie qui vient en tête avec 23% des postes à pourvoir. Elle est directement suivie par le tourisme (22%), les services (15%) et l’enseignement et formation (12%).

Sur le premier semestre 2017, le foncier mobilisé au profit de l’investissement (hors Plan Maroc Vert) s’élève à 421 ha. Les objectifs ciblent la création de 4.650 emplois, moyennant un investissement de 4 milliards de DH et la mise en place de 158 projets. Le tout relève de la gestion déconcentrée.

Mais la Commission des investissements a entériné des conventions de certains projets examinés en 2016. Au total, 54 dossiers ont été examinés dont 4 projets  totalisant 9.838 ha pour un investissement de 8,7 milliards de DH. Ils relèvent des secteurs de l’industrie, du transport, des infrastructures et de l’énergie.

Habitat: 15% des projets en 2016

Sur les 232 projets agréés en 2016, l’habitat en concentre 15%. A cet effet, une superficie de 363 ha a été mobilisée au profit des opérateurs publics et privés pour le déploiement du programme de recasement des bidonvillois, de l’aménagement de nouveaux pôles urbains et le développement du logement social.
Lancé en 2004, le programme de «villes sans bidonvilles» concerne 85 villes et 348.000 ménages dont un millier relevant des bidonvilles.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc