Entreprises

Le coworking a désormais droit à son salon!

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5139 Le 01/11/2017 | Partager
La deuxième édition révèle les porteurs de projets africains
Go4Work, une start-up marocaine, a remportée le prix de l’entrepreneuriat international
coworking_chaimae_elghani_039.jpg

Seule représentante du Maroc, la jeune porteuse de projet Chaimae Elghani a remporté le prix de l’entrepreneur international. Prochaine étape, elle compte se consacrer à l’expansion de son espace de coworking casablancais (Ph. RB)

Choisir d’être à son propre compte c’est faire le choix de l’indépendance, de la liberté et de l’autonomie. Toutefois, indépendants, freelances et entrepreneurs se heurtent malheureusement bien souvent au problème de la solitude et de l’isolement social. Cette solitude est pesante humainement et pénalisante professionnellement.

Le coworking est né du besoin d’échange de la communauté grandissante des indépendants. Imaginez un espace où ces indépendants travaillent ensemble mais pour des clients distincts, un environnement stimulant, sans hiérarchie, sans compétition, sans politique, un cadre convivial et cosy.

Des lieux comme cela existent: ce sont les espaces de coworking. Afin de démocratiser ce véritable phénomène social et l'esprit qui l'accompagne, Meriem Belazouz, coworkeuse et entrepreneure du monde digital, a créé en 2016 le salon Coworking, à Paris. Cette fondatrice de plusieurs plateformes interactives et collaboratives est convaincue que «le coworking constitue un formidable atout pour la création, le développement et la réussite des entreprises».

La deuxième édition du salon a eu lieu au Stade de France et a mis à l’honneur les entrepreneurs africains. 60 porteurs de projets sénégalais, canadiens, brésiliens français, tunisiens et algériens ce sont affrontés pour le Prix de l'entrepreneur international. Chaimae Elghani, fondatrice de Go4Work, était la seule représentante du Maroc.

Et après délibération d’un jury constitué d’auto-entrepreneurs parisiens, c’est à elle qu’est revenu le trophée. Sa start-up, créée dans le cadre du programme Smart Start d’Injaz Al-Maghrib, propose à la fois un espace de coworking et des programmes d’accompagnement pour les porteurs de projets.

L’accompagnement des entrepreneurs peut prendre la forme de formations ou encore de rencontres avec des professionnels de différents secteurs entre autres. «Mon objectif était de voir comment cela se passe au niveau international, de voir si l’on peut améliorer la qualité de nos espaces coworking au niveau national. Que ce soit à travers le réseautage, le partage», explique-t-elle. «Développer des partenariats était aussi un de mes objectifs. D'ailleurs cela va dans le bon sens, car avec les organisateurs du salon nous étudions la possibilité d'organiser quelque chose entre l'Algérie et le Maroc», continue la jeune entrepreneuse.

Apparu en 2005 à San Francisco aux Etats-Unis, le coworking s'est imposé aux quatre coins du monde. A mi-chemin entre la maison et le bureau, de nombreuses start-up et travailleurs indépendants ont recours à ces tiers-lieu. Le phénomène ne finit pas de grandir et les chiffres donneraient presque le tournis. Aujourd'hui, plus d'un million de personnes auraient recours à ces espaces.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc