International

La Chine vante son modèle de gouvernance

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5135 Le 26/10/2017 | Partager
Reconduit pour cinq ans, Xi Jinping promet le Grand renouveau
Et prône le «socialisme à la chinoise»
Sa vision est présentée dans un livre blanc
xi_jinping_035.jpg

«Xi Jinping: La Gouvernance de la Chine», a remporté un franc succès auprès des décideurs. Traduit en plusieurs langues, il s’en serait écoulé plus de 6 millions d’exemplaires. Cet ouvrage contient 79 articles dont des discours, des entretiens, des allocutions, des remarques disponibles dans des rapports, des interviews et des lettres de félicitations qui portent sur la période allant du 15 novembre 2012 au 13 juin 2014

Au fil des pages du livre blanc «Xi Jinping: la Gouvernance de la Chine», se dessine la vision de l’Etat chinois et la clé de la réussite de son développement. Ce sont des mesures de réformes innovantes, diront certains lecteurs. Le socialisme à la chinoise, le rêve chinois, l’approfondissement global de la réforme, le développement économique, le nouveau type des relations entre grands pays ou encore la diplomatie avec les pays voisins… sont autant d’idées à développer.

Afin de rendre la Chine puissante, l’actuel homme fort de Pékin, a formulé dans son livre une série de théories et de recommandations à partir de ses réflexions et de sa longue pratique de la politique. En quoi le développement chinois est-il spécifique? D’abord parce que «la construction du socialisme à la chinoise passe avant tout par des synergies des efforts du peuple dans les domaines économiques, politiques et culturels…», écrit le président chinois.

Pékin ferait figure de modèle à suivre pour de nombreux pays du monde.  Ce modèle se base sur plusieurs critères. Il suffit de «faire progresser la réforme politique et respecter la constitution, comme il est nécessaire d’insister sur l’importance du développement sans pour autant favoriser les entreprises hasardeuses».

Il ne faut pas non plus gaspiller les ressources et attacher une grande importance à la formation des compétences et à l’esprit national... Et surtout ne pas oublier que tout passe par «l’attachement au peuple». Les Chinois font passer l’intérêt économique avant toute chose, c’est de cette manière qu’ils pourront à terme imposer leur vision politique (une approche bien définie par le professeur Fathallah Oualalou dans son ouvrage «La Chine et nous», cf. notre édition N°5132 du lundi 23 octobre 2017).

Selon son entourage, Xi Jinping est une personne douce mais très ferme quand il s’agit des principes. Selon lui, il faut servir le peuple sans trop craindre de perdre son poste. Hier mercredi, le dirigeant chinois a obtenu un nouveau mandat à la tête du Parti communiste chinois (PCC). Le comité central, sorte de Parlement du PCC, l’a élu à huis clos secrétaire général, aux côtés des six autres membres permanents du bureau politique, l’instance qui détient la réalité du pouvoir en Chine.

Chef du Parti, chef de l’Etat, chef des armées: depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, Xi Jinping a cumulé les pouvoirs au sommet de la deuxième puissance économique mondiale et présidé à un renforcement de l’autorité du régime. Agé de 64 ans, il a obtenu l’honneur suprême de figurer dans la charte du Parti, une distinction que seul le fondateur du régime, Mao Tsé-toung, avait eue avant lui de son vivant.

L’inclusion de son nom et de sa «Pensée» dans les statuts du PCC suggère qu’il peut désormais rester indéfiniment à la tête du pays, s’affranchissant de la limite d’âge théorique de 68 ans et du souci d’avoir à se choisir un successeur. Xi Jinping devrait être formellement réélu à la tête de l’Etat en mars prochain lors de la session annuelle du Parlement.

Guerre à la corruption

economie_chonoise_035.jpg

Les cinq ans de pouvoir de Xi Jinping se sont accompagnés d’une guerre à la corruption, qui a sanctionné pas moins de 1,5 million de personnes. Quant à la croissance, la performance du géant asiatique reste solide. Les taux devraient se maintenir à 6,7% pour 2017 et à 6,4% pour 2018. Toutefois, les institutions internationales mettent en garde contre la dette de la Chine.

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc