International

Corée du Nord L’ONU: adopte une nouvelle série de sanctions

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5105 Le 13/09/2017 | Partager
Pétrole, gaz, textile… plusieurs secteurs touchés
Renvoi des expatriés, pas de gel des avoirs du dirigeant nord-coréen

Exportations de textile interdites et approvisionnements en pétrole réduits. Le Conseil de sécurité de l’ONU vient d’adopter à l’unanimité et à l’initiative des Etats-Unis une nouvelle résolution de sanctions contre la Corée du Nord. Cette huitième série de mesures (approuvée par la Chine et la Russie) vise à punir ce pays pour son essai nucléaire du 3 septembre. Pour s’assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions.

Après plusieurs jours de négociations, l’embargo sur le gaz naturel a été maintenu. La résolution prévoit de limiter les livraisons de brut à destination de la Corée du Nord. Elle limite également à deux millions de barils par jour les livraisons de produits raffinés. Pour le pétrole, les ventes seront limitées à 500.000 barils pendant trois mois à partir du 1er octobre pour passer à 2 millions de barils à partir du 1er janvier pour une période de 12 mois.

Cela représente une réduction de 10% des produits pétroliers, selon le département américain de l’Energie, qui estime à 2,2 millions de barils les importations nord-coréennes. Pyongyang importe essentiellement de l’essence et du diesel de Chine L’interdiction concernant le textile n’a pas posé de problème.

Lors des discussions, le gel des avoirs du dirigeant nord-coréen, dont Moscou ne voulait pas, a été retiré du texte. Les Etats-Unis ayant assuré ne pas vouloir de changement de régime. Et il est difficile de viser directement Kim Jong-Un, a plaidé Moscou. Le texte interdit la délivrance de nouveaux permis de travail aux quelques 93.000 Nord-Coréens qui travaillent à l’étranger.

Le travail de ces expatriés (essentiellement sur des chantiers de construction au Moyen-Orient, ainsi qu’en Russie et en Chine) est également une importante source de revenus pour Pyongyang. D’autre part, les pays étrangers seront autorisés à inspecter les navires soupçonnés de transporter des cargaisons nord-coréennes interdites. Mais ils devront au préalable recueillir le feu vert des pays liés aux pavillons des navires.

Washington voulait pouvoir mener des inspections par la force, mais Moscou et Pékin s’y sont opposés. La Corée du Nord est fortement soupçonnée de pratiquer la contrebande d’armes à destination de pays d’Afrique ou du Proche-Orient. Des experts se sont montrés sceptiques sur la portée de ce texte. Et pour cause, les précédentes sanctions n’avaient pas empêché que les programmes nucléaire et balistique prolifèrent.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc