Culture

Quand les artistes dialoguent «Au-delà des frontières»

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:5072 Le 25/07/2017 | Partager
L’exposition regroupe 4 nationalités ayant pour point commun la Méditerranée
Jusqu’au 23 août à l’Espace Expressions CDG en association avec le collectif Pulsion
massimo-de-angelini1.jpg

«Tension Ex-tension» est le titre de la série réalisée par Abdelatif Habib. A travers son travail, il tisse les matières qui ont du vécu en leur insufflant une nouvelle dynamique leur donnant une deuxième vie 

Pour son exposition estivale, l’Espace Expressions CDG à Rabat présente un projet collectif de 5 artistes de 4 nationalités jusqu’au 23 août. Organisée en association avec le collectif international Pulsion, «Au-delà des frontières se veut le reflet d’un métissage et s’inscrit dans une démarche d’ouverture pour souligner une vision universelle de l’art, d’une part, et le caractère cosmopolite, d’autre part», explique Abdelatif Habib, co-fondateur du collectif avec Mohammed Hajhouj. 
Tout comme l’Espace Expressions CDG, le collectif Pulsion partage cette volonté de s’ouvrir vers l’extérieur tout en œuvrant pour l’art à travers ses diverses disciplines, mais aussi pour une vision multiculturelle de l’art, langage universel. L’exposition Multi-art regroupe peinture abstraite et figurative, sculpture, land art, photos, poésie… Figurent parmi les artistes qui exposent, les deux fondateurs du collectif Abdelatif Habib et Mohammed Hajhouj avec la Libanaise Laure Keyrouz, l’Italien Massimo De Angelini et le Français Freddy Pannecocke. 

cri-de-lumanite.jpg
Mohammed Hajhouj peint le cri de l’humanité. L’artiste n’utilise ni peinture à l’huile ni acrylique, mais plutôt des couleurs et matières qu’il prépare lui-même dans son atelier

Imprégné par cette origine commune qu’est la Méditerranée, le groupe offre à travers cette manifestation une richesse culturelle et des regards pluriels sur l’art contemporain. «Nous utilisons l’art pour dénoncer les frontières entre les individus. Nous essayons de nous ouvrir vers le monde extérieur», souligne Mohammed Hajhouj. 
Le parcours de l’exposition s’ouvre sur le thème «Vision multiculturelle» avec «La route de l’Orient» de Laure Keyrouz. Cette Libanaise vivant en Italie, habituée à travailler sur le land art (installations en extérieur), présente pour «Au-delà des frontières» un dialogue entre la poésie et la peinture. A travers sa série, elle remonte à l’origine de la culture, et donc de l’homme, en s’intéressant à la route de l’Orient qui était un lieu d’échange culturel et économique devenue la route de la mort. Des photographies de land art réalisées auparavant par l’artiste accompagnent également cette série. 
Le thème suivant intitulé «Tension Ex-tension» est illustré par Abdelatif Habib à travers une série de tableaux où il tisse des matériaux bruts et anciens «entachés d’histoire» pour réaliser ses œuvres. Sa démarche artistique consiste à renvoyer le spectateur aux origines de l’homme. «Toute frontière est synonyme de sécurité et de souveraineté. Mais de l’autre côté, elle est synonyme de fermeture, de rejet et d’exclusion. Mon travail est un lien entre les matériaux qui s’apparente au lien organisationnel de cette exposition rassemblant des artistes ayant la même opinion concernant ce qui se passe au-delà des frontières», précise l’artiste. 

tension-ex-tension.jpg

L’Italien Massimo De Angelini se réapproprie la mémoire de la terre, héritage de tous. Ses compositions sont réalisées à partir de terre qu’il collecte lors de ses voyages

Pour sa part, l’Italien Massimo De Angelini se réapproprie la mémoire de la terre, héritage de tous, en exposant «Terra Legata» (terre léguée en français). Sa matière de prédilection est la terre qu’il collecte lors de ses divers voyages. «Par son approche minimaliste singulière, Massimo De Angelini nous offre des visions immédiates qui nous transportent dans des paysages vides mais essentiels», dit de lui Abdelatif Habib. 
C’est le rapport de force entre les décideurs et l’homme qui est ensuite évoqué dans les toiles de Freddy Pannecocke. Intitulée «De l’humanisme à l’humanitaire», la série de peinture de l’artiste français, qui va régulièrement à la rencontre des cultures du monde, dépeint des loups et des scalpes de loup sur une tête d’homme. Son approche politique accompagne son engagement contre les exclusions, les inégalités et les injustices. Pour lui, les génocides, les exils, les enfants soldats, les dictateurs et les bidonvilles sont devenus des sujets de prédilection. 
Le parcours de l’exposition s’achève sur la thématique «L’air du temps» où le cri de l’humanité s’exprime. «L’expression d’aujourd’hui est le cri, la révolte», souligne Mohammed Hajhouj. Son travail rassemble des peintures réalisées avec des pigments, des pastels, des jus mais aussi de la colle sur papier. Ses compositions sont également constituées de fils de terre cuite accrochés à l’œuvre. Sa série propose aussi des dessins, des sculptures et des collages mais aussi des miniatures de sculptures en projet. 
Le collectif Pulsion, créé en 2012, invite à chaque exposition un groupe d’artistes différents et a déjà exposé à Marrakech, à Lille et à Trieste dans le nord de l’Italie. «Au-delà des frontières» est amenée à être exposée en France et éventuellement en Italie, au Liban, en Israël et en Palestine.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc