COP22

Dépollution : Gros plan sur les projets de Veolia au Maroc

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4892 Le 07/11/2016 | Partager
cop22_velia.jpg

Les eaux traitées de la Step de Tamuda Bay servent pour l’arrosage des espaces verts à M’diq et Fnideq.

 

Les eaux usées des Step de Boukhalef et Tamuda Bay utilisées pour l’arrosage des espaces verts, la dépollution de Rabat, Salé… Autant de projets que les filiales du groupe Veolia au Maroc (Amendis et Redal) mènent pour la préservation de l’environnement. 

Dépollution, rationalisation et sensibilisation… Ces trois mots résument parfaitement les stratégies de Veolia en faveur du développement durable. L’une des réalisations phares  qui font la fierté du groupe au Maroc est sans conteste la station de traitement des eaux usées de Tamuda Bay. «En pleine crise de l’eau, cette station a permis la réutilisation des eaux usées pour l’irrigation des espaces verts dans la zone», témoigne Mohamed Taki, directeur communication et relations publiques du groupe. Pour un investissement global de 20 millions de DH, le projet «Reuse», mené par Amendis (filiale du groupe), permet de réutiliser les eaux usées (traitées par la Step de Tamuda Bay) pour l’arrosage des espaces verts entre les deux villes de M’diq et Fnideq.
Ce projet, classé «développement propre» permet également une réduction des gaz à effet de serre de 2.000 tonnes/an. La station couvre aussi 35% de ses besoins en électricité et génère 9,5 tonnes/jour de boues digérées (employées comme fertilisants). Quant à la capacité de la Step en production de biogaz, elle est de 3.000 m3/jour. 
La station de traitement de Boukhalef (Tanger), qui traite les eaux usées de plusieurs quartiers, permet aussi l’arrosage des espaces verts des golfs des projets Prestige et Houara. Ce qui assure une économie de préservation de 3 millions m3/an. 
Autre projet de référence, le système de dépollution du littoral atlantique et de la rive gauche du Bouregreg (Rabat-Témara), mené par la filiale Redal. Inauguré par le Souverain en juillet 2013, ce système a de nombreux impacts positifs sur la région. «La dépollution a permis le développement économique et touristique de la corniche allant de Rabat-ville jusqu’à Sable d’Or à Témara», témoigne Taki. Outre l’amélioration de la qualité des eaux de baignade, la Step a aussi un impact sur la revalorisation du littoral et l’activité touristique des régions concernées. 
La ville de Salé sera à son tour bientôt dépolluée. Après le déblocage du problème de foncier, les travaux pourront démarrer en 2017. Outre le volet dépollution, Veolia, à travers ses filiales Amendis et Redal, a entamé plusieurs actions visant l’augmentation des taux de rendement en réduisant les déperditions, via des systèmes de détection des fuites. 
Parallèlement, le groupe mène des actions de sensibilisation et des campagnes pour la maîtrise de la consommation. Outre la participation à l’opération «Plages Propres», Veolia mène aussi un programme de formation visant à renforcer les capacités pédagogiques et les connaissances environnementales des professeurs et animateurs d’associations locales, qui œuvrent dans le domaine de l’éducation des enfants aux thématiques de l’environnement à travers l’éveil scientifique.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc