Economie

COP22: Le lifting de Marrakech

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4854 Le 09/09/2016 | Partager
A deux mois de l’événement climatique, les chantiers écologiques s’accélèrent
Trolleybus électrique, transformation de déchets en biogaz, éclairage…
cop_22_marrakech_054.jpg

Dernière ligne droite avant le rendez-vous du 8 novembre, la COP22 où tous les regards seront braqués sur la ville de Marrakech. Pour préparer ce rendez-vous, la cité ocre a entamé une vingtaine de projets verts ainsi que d’autres pour la mise à niveau de ses jardins, la rénovation de ses artères, la restructuration de quartiers. Mosquée en photovoltaïque, tri sélectif, pompage solaire, bus électriques, production d’électricité par le biogaz extrait des déchets ménagers..., les chantiers sont multiples et l’échéancier est le même: octobre prochain. Le défi est d’achever les chantiers avant le démarrage de la COP. «A aujourd’hui, ce défi est presque gagné», annonce Ahmed El Motassadek, 4e vice-maire chargé des affaires écologiques à la Municipalité. Un des plus importants chantiers est la décharge aux normes. Chantier qui a démarré il y a deux ans. Il a fallu d’abord réhabiliter le site de l’actuelle décharge implantée depuis 1986 sur une surface de 14 hectares avant de la transférer vers le nouveau site d’Al Mnabha. Et c’est maintenant chose faite. Le groupe Ecomed, retenu pour l’exploitation de la nouvelle décharge, a transformé l’ancien site en un espace vert. Par ailleurs, la ville et le ministère de l’environnement ont prévu la construction et l’exploitation d’un centre de tri et une usine de biogaz au sein de la nouvelle décharge. Les travaux pour cette usine vont bon train. Collecté des déchets enfouis dans la décharge, ce biogaz va être transformé en électricité pour une production de 1 mégawatt par an et qui sera injectée dans le réseau électrique de la Radeema ou de l’ONE. Cette puissance électrique est destinée particulièrement à réduire les factures communales de l’éclairage public, un autre chantier qui connaît une cadence accélérée. En effet, la ville a pensé à redéfinir son plan global d’éclairage en rénovant en entier son parc d’éclairage public avec un audit d’éclairage qui devra identifier les points défectueux et définir les futurs besoins de la ville, mais surtout en privilégiant l’éclairage écologique. Les premiers poteaux sont en cours d’installation. D’ici novembre, 25% du parc de la ville sera écologique.

                                                               

Une première mondiale!

L'autre gros chantier où il a fallu créer une toute nouvelle dynamique, est le transport urbain. Le conseil de la ville a opté pour la transition écologique du parc urbain et l’introduction des trolleybus électriques avec comme objectif: zéro diesel.
Une première mondiale! Pour cet ambitieux projet, la ville a créé une société de développement local «Bus City Motajadida» où le conseil communal et la région sont actionnaires. Cette SDL a obtenu un appui financier du Fonds d’accompagnement des réformes de transport routier urbain et interurbain «FART». Ainsi, une trentaine de trolleybus électriques fabriqués par le Chinois Yangts vont être introduits à Marrakech pour un montant d’investissement de 200 millions de DH. Les 15 premiers bus vont être livrés en ce mois de septembre. Ils seront opérationnels en octobre et 15 autres avant la fin de l’année. Bus city Motajadida ambitionne de doter la région de Marrakech de 120 véhicules de ce genre à l’horizon 2019. Pour mener à bien le projet, toutes les composantes du système TrolleyBus resteront comme patrimoine de la SDL transport. L’opérateur ALSA s’occupera de l’exploitation de TrolleyBus contre une redevance de loyer à remettre à la SDL transport. Le fournisseur de Trolleybus sera aussi impliqué et s’occupera de la maintenance des équipements de la solution en s’appuyant sur une équipe locale afin d’assurer un transfert de savoir-faire complet, précise El Motassadek. Afin de compléter la stratégie, la solution globale inclut une alimentation électrique basée sur les énergies propres renouvelables grâce à la mise en place d’une centrale solaire de 1 MW qui sera installée sur le site du centre de maintenance.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc