×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Fchouch

Par Nadia SALAH| Edition N°:5138 Le 31/10/2017 | Partager
nadia_salah_s.jpg

Au Maroc, les rieurs ont eu vite fait d’analyser la crise espagnole: «Nos amis et voisins ont leur Rifain et ils vont voir ce qu’ils vont voir».
Sauf pour la contribution à la richesse nationale, la comparaison n’est pas fausse. Surtout pour cette réalité intraduisible qu’est le fchouch.
Les communiqués du ministère marocain des Affaires étrangères soulignent la communauté de soucis entre Madrid et Rabat.
Le mouvement catalan se décline selon toute une gamme de revendications, de l’accroissement de l’autonomie jusqu’à la sécession pure et dure.
Mais tous reposent sur ces limites statistiques où la démocratie ne retrouve pas ses petits: un parti ultra-minoritaire peut-il en toute conscience dicter sa loi à toute la classe politique d’abord, puis à l’ensemble de la population? Dire qu’on ne connaît pas d’autres façons de fabriquer des majorités  n’épuise pas le sujet. En effet, le pouvoir maximum va au plus petit des bouche-trous, qui ensuite peut développer, comme à Barcelone, ses ambitions plus ou moins personnelles.
Ce sujet est important au moment où El Othmani doit refaire son gouvernement. Question plus forte encore: Le soutien très ferme apporté à Madrid par les puissances occidentales relativise terriblement les idées et idéologies qui se sont développées autour du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.
En quelques jours, le confort intellectuel qui entourait cette idée a volé en éclats. Les choses ne sont pas aussi simples. Même les concepts tenus pour évidents doivent être revisités. Ils ont tant dérivé qu’on ne sait plus comment s’en servir.
Nous, et encore plus nos alliés occidentaux, n’en étions-nous pas rendus à croire qu’une manifestation vaut tous les droits, si elle est racontée au journal télévisé ou soutenue par une ONG née de la dernière pluie? Cette dérive a profondément contaminé les systèmes juridiques internationaux et le monde médiatique.
La Catalogne est peut-être l’occasion inespérée d’un redressement.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc