×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Vente en l'état futur d'achèvement
    Expliquer pour mieux avancer

    Par L'Economiste | Edition N°:1719 Le 05/03/2004 | Partager

    . Une journée d'étude est organisée aujourd'hui 5 mars à Marrakech . Objectif: Relever les problèmes relatifs à l'application de la nouvelle loi . Mais aussi rapprocher les points de vue des différents intervenants dans ce contrat A peine entrée en application, la loi relative à la vente en l'état futur d'achèvement (VEFA) fait déjà des mécontents parmi les professionnels de l'immobilier. C'est la raison pour laquelle le Cabinet Vernet Immobilier Services organise, en collaboration avec le Centre marocain des études juridiques (CMEJ), aujourd'hui 5 mars à Marrakech, une journée d'étude sur ce thème brûlant de l'actualité immobilière du Royaume. Et ce sont les professionnels des agences qui sont le plus confrontés aux difficultés de ce texte. «L'agence immobilière est au centre de la problématique de la VEFA», explique Laurence Vernet, directrice des agences Vernet à Marrakech. Selon elle, le rôle des agences immobilières consiste à réunir les intérêts de leurs deux clients, le promoteur et l'acquéreur, tout en se faisant encadrer et accompagner par le législateur et les professionnels intervenant dans ce processus comme le rédacteur d'acte, le banquier, le conseiller financier et fiscal, ou encore l'architecte. Dans l'optique de la nouvelle loi, leur rôle prend plus d'ampleur, car ils doivent rapprocher les intérêts des uns et des autres. «L'objectif de cette journée d'étude est de réunir tous les intervenants dans la VEFA, afin de mettre à nu toutes les imperfections mais aussi rapprocher les points de vue», précise la directrice des agences Vernet. Et d'ajouter: «Malgré les reproches que les professionnels peuvent formuler au sujet de certaines de ses dispositions, dans sa philosophie, la VEFA apporte la solution à de nombreux problèmes». En effet, les avantages de la nouvelle loi sont indéniables. Elle permet ainsi de vendre avant d'avoir construit tout en garantissant au préalable les intérêts des parties. De plus, «dans un pays où la bancarisation et les montages financiers générateurs d'activités et donc de richesse sont encore peu importants, elle sera une source de préfinancement», indique Laurence Vernet. Mais l'avantage le plus important «reste sans doute la vision claire que le nouveau texte apportera dans un marché désorganisé et opaque», note un professionnel de l'immobilier. Allusion est faite à la pratique des avances qui prédominent dans le secteur et qui n'étaient pas réglementées. Par ailleurs, et dans un marché de plus en plus concurrentiel, les professionnels doivent intégrer l'importance de la demande. «Le rôle de l'agent immobilier structuré va donc devenir primordial puisque c'est lui qui concentre la demande», ajoute ce promoteur.Cependant, les nouvelles dispositions présentent quelques difficultés d'application. Et ce, pour des raisons techniques et organisationnelles.«La solution, explique Vernet, est dans la prise de conscience, le dialogue et la volonté d'y arriver pour changer les mentalités». Naoufal BELGHAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc