×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Tanger: Le CRT veut relancer la mise à niveau des hôtels

    Par L'Economiste | Edition N°:1719 Le 05/03/2004 | Partager

    . La ville ne compte que près de 1.500 chambres commercialisables Peu de liaisons aériennes, absence d'animation, état des hôtels à revoir… tels sont les handicaps qui freinent le tourisme à Tanger et à Tétouan. Récemment créé, le CRT (Conseil régional du tourisme) veut remettre les choses dans l'ordre. «Nous voulons être réalistes et nous donner les moyens de notre politique», précise Mohamed El Hitmi, actuel président du Conseil. Ce dernier entend ainsi ne pas vouloir se fixer d'objectifs excessifs sans avoir au préalable les moyens de les atteindre. L'une des priorités pour lui reste le transport aérien et la desserte de la ville à partir des capitales européennes. Seule une douzaine de vols relient Tanger aux principaux aéroports européens, dont un vol quotidien sur Madrid. Pour Londres, c'est RAM qui assure actuellement la connexion, British Airways ayant délaissé Tanger au profit de Marrakech, note Hitmi (cf. www.leconomiste.com). Le CRT veut aussi récupérer la liaison Frankfurt Tanger «qui marchait très bien par le passé mais qui a été annulée pour mauvaise gestion», note El Hitmi. Pour lui, la RAM aurait prêché par un excès d'enthousiasme en favorisant les hommes d'affaires au lieu des touristes. Selon le président du CRT de Tanger-Tétouan, ce n'est pas seulement la fréquence des vols qui fait défaut, mais aussi les horaires. De nombreux vols sont programmés à des heures tardives ou trop tôt, ce qui n'est pas pour attirer des touristes. Ces horaires s'adressent surtout aux hommes d'affaires. «Les touristes européens ont depuis longtemps refusé de voler de nuit, pour eux, c'est le plaisir du voyage qui prime», note en substance El Hitmi, voyagiste de profession. Parmi ses priorités figure aussi le réaménagement de l'aéroport. Ce dernier est qualifié par El Hitmi de «triste», avec peu ou pas d'équipements. Un autre point important reste l'hébergement. «Tanger ne compte actuellement que près de 1.500 chambres commercialisables selon les normes internationales», affirme El Hitmi. Le reste devra subir une mise à niveau dans le cadre du Rénovotel. Le président du CRT assure que les hôteliers sont conscients des enjeux et sont disposés à collaborer. A rappeler que le plan Rénovotel n'a intéressé aucune unité hôtelière de la ville de Tanger, alors que d'autres villes en ont déjà profité. En ce qui concerne l'animation, même si certaines actions ont été menées, il reste encore du pain sur la planche. «L'hôtelier ne peut pas tout faire, il y a lieu de mettre en place des festivals culturels qui pourront drainer des visiteurs d'un certain niveau», commente El Hitmi. Côté moyens, le CRT est actuellement en train d'établir son budget. Selon El Hitmi, il devrait s'établir à hauteur de 6 millions de DH, dont une grande partie issue de la participation des hôteliers. De notre correspondant,Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc