×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Affaires

Une carte de crédit revolving chez Attijariwafa bank

Par L'Economiste | Edition N°:2356 Le 07/09/2006 | Partager

. La ristourne sur les achats peut atteindre 1%. Un découvert avec un plan d’amortissementÉquilibre, optimisation du budget, harmonie dans les dépenses de la famille et souplesse d’utilisation, promet Attijariwafa bank lors de la présentation de la carte revolving que la banque vient de lancer. Baptisée «Mizane», la carte constitue une innovation par laquelle la banque espère fidéliser ses clients et «en faire des  consommateurs gagnants». Pour cela, tous les moyens sont bons pour séduire le client, dont une ristourne sur le montant des achats pouvant atteindre 1%. Cette ristourne prend la forme d’un «cash-back». La formule du revolving n’est pas nouvelle en soi. C’est la nouvelle forme qu’elle prend qui constitue un changement. Avec la carte de crédit, le client peut utiliser la réserve mise à sa disposition, librement en partie ou en totalité, à tout moment (24h/24 et 7j/7). De même, la réserve se reconstitue au fur et à mesure des remboursements mensuels et des versements spontanés. Ainsi, le client peut puiser dans sa réserve dès qu’il dispose d’un disponible sans avoir à reconstituer un nouveau dossier de crédit avec toutes les tracasseries que tout le monde connaît. Par ailleurs, le détenteur du crédit «renouvelable» peut utiliser librement sa réserve sans avoir à justifier ses dépenses. La formule est à mi-chemin entre le découvert et le crédit amortissable. Les responsables de la banque la présentent comme «un découvert avec un plan d’amortissement», dans la mesure où l’emprunteur bénéficie de la souplesse d’utilisation et le même avantage en terme de coût. Sauf que, contrairement au découvert, le remboursement du revolving obéit à un plan d’amortissement au choix du bénéficiaire dans la limite du respect d’un minimum mensuel. S. M

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc