×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tanger: La corniche se métamorphose

Par L'Economiste | Edition N°:2077 Le 02/08/2005 | Partager

. 35 millions de DH pour l’aménagement du site. 600 millions de DH pour la station d’épuration LA corniche de Tanger, l’un des endroits les plus fréquentés de la ville en été, sera relookée et aménagée. C’est en tout cas les termes du projet d’accord signé entre l’Agence de développement des préfectures et provinces du Nord (ADPN) et le Conseil de la ville de Tanger. Le projet, dont les études avaient été entamées il y a quelques années, nécessitera une enveloppe budgétaire de près de 35 millions de DH. Il sera financé à hauteur de 15 millions de DH par l’ADPN, le reste sera pris en charge par le Conseil de la ville. Le projet se veut grandiose. Il s’agit de redonner à la ville une vraie corniche comme celles des autres villes balnéaires du Royaume, Casablanca entre autres. Le projet portera sur la création d’espaces verts et le contrôle des constructions tout le long des cinq kilomètres de la corniche. Celle-ci a trop souffert d’une importante invasion immobilière. Une courageuse action, qui, si elle est menée à terme, permettra de retrouver une corniche digne de ce nom. La corniche de Tanger est en fait l’une des rares du Maroc et même du monde à disposer de constructions de sept et huit étages pied dans l’eau. Cette manière de faire encouragée durant les années 80 et 90 a été freinée durant ces dernières années. D’autre part, la corniche souffre d’une prolifération démesurée de panneaux publicitaires tout le long de la route côtière, certains disent qu’ils dépasseraient en nombre, le nombre d’arbres plantés. La réalité c’est qu’ils apportent une grande nuisance environnementale en plus de couvrir quasiment le paysage. La convention d’aménagement prévoit en effet de les enlever, ainsi que tous les grillages et murs d’enceinte afin d’éviter tout obstacle entre la plage et la route côtière. Celle-ci sera donc réaménagée en route à double voie ceinturée d’une large bande d’espaces verts.Mais selon un membre du Conseil de la ville, il est extrêmement difficile de mener à terme les actions prévues dans le cadre de cet accord, surtout celles en relation avec la suppression des panneaux publicitaires et celle relative à la réduction de la hauteur des édifices déjà construits. Pour ce membre, c’est l’arrivée d’un wali de la trempe de Hassad qui a permis de faire voir le jour à ce projet. Reste à le mener à terme. Ces actions visent à consolider celles déjà entreprises par d’autres acteurs concernant la remise à niveau de la baie de Tanger. C’est le cas de la Société nationale d’aménagement de la baie de Tanger (SNABT) avec son projet de Tanger-City center. Ce dernier tend à devenir le centre névralgique des affaires. Le projet est en négociation avec la société Fadesa pour sa réalisation. Le montant est d’environ 950 millions de DH. Une autre action, non moins importante, est celle de la dépollution de la baie. Cette dernière est à la charge du gestionnaire de l’assainissement solide, Amendis. Ce dernier est en train de réaliser une station d’épuration dont le rôle est d’assurer le traitement des eaux rejetées dans la baie à travers un long émissaire marin de plus de deux kilomètres. La station qui sera prête au mois de juillet 2006 aura nécessité un investissement de plus de 600 millions de DH.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc