×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Régionaliser pour mieux soigner

    Par L'Economiste | Edition N°:2292 Le 07/06/2006 | Partager

    . Une opération-pilote réussie dans l’Oriental. La santé, une priorité du nouveau voisinage Maroc-UE Le secteur de la santé sera régional, ou ne sera pas. Tel est le mot d’ordre du département de tutelle, accompagné en cela par l’Union européenne. Un projet dans ce sens est en préparation au gouvernement. Il prend appui sur une opération-pilote, entamée depuis 7 ans au niveau de l’Oriental et clôturée début de ce mois. Il s’agit du Programme d’appui à la gestion du secteur de la santé (PAGSS) cofinancé à hauteur de 220 millions de dirhams par l’UE et un des plus grands projets de coopération dans ce secteur en Méditerranée. L’expérience a consisté en la mise en place d’une direction régionale au niveau de l’Oriental, où les services de santé offerts étaient de faible qualité, avec d’importantes inéquités dans l’accès aux soins et de faibles indicateurs clefs. Pour pallier cette situation, l’UE a soutenu la réhabilitation et l’équipement de 19 centres de santé de base et de cinq hôpitaux provinciaux à Oujda, Nador, Berkane, Taourirt et Bouarfa.Organisée en quatre divisions, cette direction est plus qu’un simple palier hiérarchique mais «un espace de concertation rapprochée entre les délégations provinciales», a indiqué le ministre de la Santé, Mohamed Cheikh Biadillah, lors d’une conférence nationale sur la régionalisation du secteur, organisée lundi et mardi à Rabat. Cette nouvelle organisation a été accompagnée de la mise en place de bon nombre d’outils de gestion dont des schémas régionaux d’offres de soins et d’information sanitaire, un plan régional de gestion des déchets… La réalisation de tous ces investissements a été conditionnée par l’élaboration préalable des projets d’établissement.L’amélioration de services de soin a été au rendez-vous. «Pour avoir visité certains hôpitaux et dispensaires rénovés ou construits, je peux affirmer que les résultats sont là. Jamais, autant que dans cette visite, je n’ai eu ainsi le sentiment que l’argent des contribuables européens était bien dépensé», a affirmé Bruno Dethomas, ambassadeur, chef de la délégation de la Commission européenne au Maroc.Le temps actuellement est à l’élargissement de cette expérience au niveau national. Ce qui a été fait dans la région de l’Oriental est très positif. Mais il sera valorisé davantage si le modèle et les acquis sont partagés par tous et confortés sur le long terme. La conférence nationale a été l’occasion de tracer les contours institutionnels comme pratiques (problèmes de ressources humaines et de formation) de cette régionalisation. Biadillah a cité les efforts déployés dans ce sens. A commencer par la nomination de délégués coordinateurs de régions, la création d’observatoires et d’organes de veille régionaux d’épidémiologie. A cela s’ajoutent la mise en place de commissions administratives paritaires et l’installation d’unités régionales de maintenance du patrimoine sanitaire.Au niveau national, la situation de la santé publique demeure, à bien des égards, alarmante. A titre d’exemple, les taux de mortalité infantile et maternelle sont plus élevés au Maroc que dans de nombreux pays au niveau de développement comparable. La réforme se fait donc pressante. Inverser la tendance passe par un accompagnement européen. «L’appui de la Communauté européenne à l’ambitieux processus de réforme engagé ne s’arrêtera donc pas avec la fin de ce programme», a souligné Dethomas. Et de préciser que l’amélioration de l’accès à des services de qualité, comme l’extension progressive des soins de santé à l’ensemble de la population, continueront à constituer une priorité pour l’UE dans la programmation, en phase de finalisation, de sa coopération avec le Maroc pour la période 2007-2010. Tarik QATTAB

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc