×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Rabat: Le wali vulgarise l’INDH

    Par L'Economiste | Edition N°:2081 Le 08/08/2005 | Partager

    . Les projets seront élaborés par un comité local pour le développement humain . Des points focaux pour faire participer les citoyens à la définition des projetsEN attendant la date butoir du 18 août, l’INDH cède la place aux initiatives locales pour le développement humain (ILDH). Chaque région doit, en effet, avoir son propre programme intégré qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative nationale. La région de Rabat-Salé a déjà mis la main à la patte. Le wali, Hassan Amrani, a présidé le 3 août, les travaux de la Commission préfectorale chargée du suivi des programmes qui seront réalisés dans le cadre de l’INDH, en présence d’élus, de responsables des autorités locales et de représentants du tissu associatif. «Une rencontre consacrée à tracer les contours d’un programme initial intégré», a indiqué Amrani, en rappelant que l’Initiative nationale s’appuie sur une démarche territorialisée et contractuelle. C’est l’engagement de l’ensemble des partenaires (gouvernement, élus, société civile, secteur privé…) autour d’un projet de développement humain durable. C’est ainsi qu’au niveau de Rabat, mais aussi de l’ensemble des zones ciblées par l’INDH, il y aura un comité local pour le développement humain (CLDH). Il est composé d’élus, de représentants de la société civile, des services techniques extérieurs ainsi que de l’autorité locale. Et c’est ce comité qui est appelé à élaborer de manière concertée une initiative locale pour le développement humain comportant des projets clairs et des actions bien définies. Il sera également chargé de l’exécution et du suivi de l’ILDH et ce, après sa validation par la Commission préfectorale. Selon son président Amrani, celle-ci est investie de plusieurs missions, notamment débloquer les fonds correspondants aux ILDH, en fonction de l’avancement des projets, superviser et contrôler leur mise en œuvre. Par ailleurs, l’INDH, telle qu’elle a été conçue par SM Mohammed VI, repose sur la participation la plus large des bénéficiaires. C’est ainsi que pour l’élaboration de l’ILDH de la région de Rabat, il est prévu des ateliers de consultation au niveau des quartiers cibles. «Ces derniers sont quelque 250 dont 7 bidonvilles au niveau de Rabat», a indiqué Abdelali Bannadir, chef du service économique et social de la wilaya de Rabat-Salé. Ces rencontres auront pour objet de définir les besoins de chaque site nécessaires à l’élaboration d’une charte d’objectifs prioritaires. Pour plus de proximité, il est prévu la mise en place de points focaux pour le suivi des opérations au niveau de chaque zone d’intervention. L’administration doit également être en mesure de prendre la même voie. Ainsi, afin de développer un savoir-faire spécifique au développement humain, «chaque province et préfecture sera dotée d’une division de l’action sociale (DAS) pour le suivi et l’assistance technique de l’Initiative», a annoncé le wali de Rabat.


    La coopération internationale s’impose

    L’INDH repose sur l’exécution de quatre programmes initiaux: la lutte contre la pauvreté, la précarité, l’exclusion sociale et le programme transversal. Ces derniers se partageront, ainsi, les 10 milliards de DH alloués à cette initiative durant les 5 années à venir. Les programmes de lutte contre la pauvreté à la campagne et l’exclusion sociale en milieu urbain auront chacun droit à une enveloppe de 3,5 milliards de DH. 2,5 milliards de DH seront consacrés à la lutte contre la précarité et le reste (500 millions de DH) est réservé au programme transversal. L’Etat doit y contribuer à hauteur de 6 milliards de DH. Les collectivités locales injectent de leur côté 2 milliards de DH. Pour la mobilisation des 2 milliards restants, l’appel à la coopération internationale s’impose.Meryeme MOUJAB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc