×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

"Premier établissement"

Par L'Economiste | Edition N°:64 Le 28/01/1993 | Partager

Hormais les opérations militaires, le Protectorat s'attache d'emblée, dès les premières années de son avènement, aux travaux d'infrastructure, appelés alors de "premier établissement". Contrairement à ce qui s'est fréquemment fait ailleurs, les dépenses furent couvertes par des emprunts émis par le gouvernement, d'où peut être le besoin de montrer les réalisations que l'on retrouve dans les affiches. Les premiers travaux d'infrastructure concerneront les ports, en particulier celui de Casablanca, les réseaux routier, ferroviaire, électrique, télégraphique et téléphonique, les ponts et bien entendu les différents bâtiments administratifs.

Deuxième type d'action dominant l'affiche: persuader les cultivateurs et les investisseurs français de s'installer au Maroc. Au début des années Trente, les colons français, venus de Métropole ou d'Algérie, sont déjà plus de 3.000, uniquement dans l'agriculture. En 1932, la seule ville de Casablanca comptait 60.000 Européens; il s'agissait déjà d'une communauté importante. Elle transforme le Protectorat à travers ses besoins commerciaux car elle veut vivre et consommer de la même manière qu'en France, avantages coloniaux en sus. Elle s'applique donc à en suivre voire devancer les modes. L'affiche en est profondément marquée, jusqu'après la Deuxième Guerre mondiale.

Les produits, comme le graphisme, se rapprochent de ce qui se fait en Métropole mais les affiches conçues au Maroc sont marquées de l'empreinte du pays, dans leur graphisme, dans leurs couleurs chatoyantes, dans le jeu des lumières et les compositions. Les visuels ont souvent un cachet marocain prononcé. Le message quant à lui, s'adresser a essentiellement à ce segment solvable du public qu'est la communauté française du Maroc. L'affiche perd un peu de son originalité au fur et à mesure que les messages et les objectifs s'uniformisent avec ceux de la Métropole.

Il n'est pas interdit de conclure que c'est à ce moment que le Protectorat était déjà devenu une simple colonie; les péripéties administratives n'ont fait que suivre.

Quadrichromie

Co-organisateur de cette première rétrospective de l'affiche publicitaire au Maroc, avec 2M International et L'Economiste, Quadrichromie est une société spécialisée dans les travaux d'édition, de photocomposition, de photogravure et de publicité. Elle a été créée en 1990, en association avec un groupe français spécialisé.

Quadrichromie est basée à Rabat où elle exploite le seul scanner à tambour de la capitale. Son département photo-composition est équipé du matériel le plus moderne dans le domaine de la PAO (publication assistée par ordinateur).

En plus de cette station de PAO complète, la société est équipée d'un scanner Siemens, d'une caméra, de trois châssis, de deux développeuses et d'un ATM cromalin pour épreuves couleur.

Quadrichromie a réalisé le catalogue et éditera, dans les prochains mois, un livre sur l'affiche publicitaire au Maroc.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc