×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Privatisation: Rush des petits épargnants sur la CTM-LN

Par L'Economiste | Edition N°:83 Le 10/06/1993 | Partager

C'était attendu mais pas dans de telles proportions. Voici ce qui ressort de la première privatisation grand public, celle de 40% du capital de la CTM-LN. Placement de tout repos, compte tenu de l'entreprise et du noyau de référence, les actions CTM ont provoqué un rush des petits épargnants.

A la fermeture des guichets de vente, vendredi 28 mai 1993, la demande de titres a été quatre fois supérieure à l'offre (plus de 1,5 million de titres demandés pour une offre de 377.224 actions). Comme l'Etat s'y est engagé, chaque demandeur reçoit son plancher minimum de titres, soit 20 actions quelle qu'ait été sa demande, et le reste est partagé, selon la règle du prorata (voir encadré sur la règle de calcul). M. Laraki, PDG de la Banque populaire, le chef de file du syndicat de placement(1) attendait une demande de trois fois supérieure à l'offre et une présence importante des petits épargnants. Ses estimations ont donc été dépassées. Auprès du Ministère, les estimations tablaient aussi sur un dépassement de l'offre: "Nous pensions à environ 2.000 investisseurs", souligne Moulay Zine Zahidi, ministre en charge de la privatisation, lors d'une conférence de presse du 7 juin. Il y en a eu cinq fois et demie plus.

Donc en nombre comme en nature, les demandes ont été légèrement différentes de ce qui était attendu. Ces demandes sont venues démentir les craintes nourries à propos des capacités d'épargne des couches moyennes, voire peut-être modestes.

Cette première cession qualifiée de “privatisation grand public" a été effectivement une privatisation de grand public et de sources bancaires différentes ; il est indiqué qu'une partie des investisseurs venus acheter des actions n'étaient pas ou peu bancarisée. Il convient néanmoins de rester prudent quant à l'emploi de l'expression "actionnariat populaire" même si un peu plus de deux souscripteurs sur cinq ont demandé juste le plancher de 20 actions, soit un placement de 5.000DH.

Les souscriptions étaient ouvertes tant pour les personnes physiques que pour les personnes morales, résidant au Maroc ou à l'étranger. Ce sont les personnes physiques qui font le marché: 99% des souscripteurs sont des personnes physiques ayant formé 90% de la masse totale des demandes. Après le jeu de l'octroi du plancher et de la règle du prorata, ces personnes physiques détiennent donc 95% de la partie du capital de la CTM mise en Bourse.

Ces personnes physiques se composent de trois groupes différents: les RME, les souscripteurs marocains vivant au Maroc et les souscripteurs étrangers installés au Maroc.

Ainsi:

- 6.997 personnes physiques marocaines résidant au Maroc détiennent 243.580 actions, soit en moyenne pondérée 35 actions par personne. Ces personnes ont donc 25% du capital total de la CTM-LN;

- 4.097 RME détiennent 112.584 actions, soit une moyenne de 27 actions par souscripteur. Les RME ont donc 11,5% du capital total de la CTM-LN;

- 51 personnes physiques étrangères résidant au Maroc détiennent 2.091 actions, soit en moyenne 40 actions par personne.

Notons qu'il n'y a pas eu de demandes émanant de personnes morales ayant leur siège à l'étranger. En revanche, 93 personnes morales installées au Maroc ont souscrit 18.989 actions avec une moyenne de 205 actions par investisseur. La date d'entrée en jouissance des actions a été fixée au 1er juillet prochain.

L'Etat conserve encore 16% du capital de la CTM, qu'il cédera plus tard, mais en tout cas avant la date d'expiration de la Loi sur la privatisation. Rappelons que le noyau de référence se monte à 35% du capital(2). Il est composé de la BCP avec 5%, Interfina avec 10%, Bank AI Amal avec 5%, Asma Invest avec 5%, la CIMR avec 5% et enfin la compagnie d'assurances privée Al Amane également avec 5%.

Meriem OUDGHIRI

(1) Les 12 membres du syndicat de placement sont: Bank Al Maghrib (Trésor Public). Algemene Bank Morokko, Arab Bank Maroc, la BCM, la BMAO, la BMCE, la BMCI, la Société Générale, Wafa Bank, la SMDC et la Somacovam. L'ONAPAR figure aussi sur la liste mais, actuellement en sommeil, elle n'a pas réalisé de placement pour la présente opération de privatisation.

(2) Cf L'Economiste du 27 mai 1993. Dans ce numéro une erreur s'était glissée et nous avait fait dire que Bank Al Amal était perçue comme une institution privée. En réalité. seule la compagnie d'assurances Al Amane, parmi le noyau de référence, est réellement perçue comme une entreprise privée. Tous les autres participants ont une image d'institution publique, même si leur mode de fonctionnement relève du privé.


Règles d'attribution des actions

Les modalités de calcul des actions ont été définies selon le schéma suivant:

1- Minimum garanti de 20 actions

Nombre d'actions: nombre total de souscripteurs x 20 actions

2- Taux de prorata pour les demandes supérieurs à 20 actions calculé et fixé à 11,59%(1).

Si l'on prend l'exemple d'une demande de 25 actions au départ, le calcul est comme suit:
25 actions demandées - 20 actions de base (minimum servi)
= 5 x 11,59% (taux de prorata en cas de demandes supérieurs à 20 actions)
= 0,57

Les titres attribués seront donc: 0,57 + 20 actions de base
Dans ce cas, le chiffre sera arrondi par excès. Ce qui donnerait droit à 21 actions. La banque qui aurait débité les 25 actions x 250DH (prix d'une action) devra donc restituer l'équivalent des 4 actions restantes.
Dans d'autres cas les titres attribués peuvent être arrondis par défaut.
Taux = (nombre d'actions offertes) - (A)/(nombre d'actions demandées) - (A)

= nombre total de souscripteurs x 20 actions de base.


Calcul du taux de prorata.

Les souscripteurs à la privatisation en bourse de la CTM/LN
(40% du capital)


Nombre de souscripteurs

Nombre d'actions demandées

Répartition des souscripteurs (en %)

Nbre d'actions demandées
(en %)

Personnes physiques locales

6.997

1.051.971

62,2

68,3

Personnes physiques RME

4.097

328.103

36,4

21,3

Personnes physiques étrangères

51

10.417

0,4

0,7

Personnes morales locales

93

149.956

0,8

9,7

Personnes morales étrangères

0

0

--

--

Total...........................

11.238

1.540.447

100

100

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc