×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    PME/PMI: La Fédération quitte la CGEM

    Par L'Economiste | Edition N°:2106 Le 12/09/2005 | Partager

    . L’externalisation votée à 91 voix pour et 3 contre . Elle ne sera effective qu’après validation de la Confédération A l’unanimité, ou presque, les membres de la Fédération des PME-PMI ont décidé de quitter la CGEM (Confédération générale des entreprises du Maroc). La décision a été prise à l’issue d’une assemblée extraordinaire, réunie vendredi 9 septembre à Casablanca. Elle intervient suite à l’adoption des nouveaux statuts de l’organisation patronale (cf. www.leconomiste.com).«L’anti-choc à la crise, c’est la PME». C’est par ces mots que le président de la Fédération, Hammad Kassal, a ouvert la réunion. L’ambiance était à la sérénité et tous ont approuvé le rapport moral, assez vite expédié par le président. L’assemblée, en fait, attendait le vif du sujet qui devait être abordé lors de l’AGE faisant suite à l’assemblée générale ordinaire: l’externalisation. A noter que cette option est conforme aux statuts de la Confédération. «Ce n’est pas un divorce. On va juste vivre en concubinage avec séparation des biens», lance Kassal. Abordée, pour la première fois, lors d’une réunion avec les membres le 24 juin dernier, l’externalisation vise plusieurs objectifs et notamment l’autonomie financière vis-à-vis de la CGEM. Cette volonté de «voler de ses propres ailes» est expliquée par le souci d’ouvrir l’association au plus grand nombre de PME-PMI. Actuellement, le nombre d’adhérents à jour de leur cotisation est de 113 alors que le pays compte 74.000 petites et moyennes entreprises affiliées à la CNSS. L’instauration «d’adhésion à la carte» (et non pas en rapport avec le chiffre d’affaires), en fonction des services demandés à la Fédération est envisagée dans le programme d’action de la Fédération, libérée du «joug» de la CGEM. Ainsi, il est notamment question de réunir 15.000 adhérents d’ici 2009. Au programme est également prévue la décentralisation de l’action de la Fédération au niveau des régions. «Casablanca et Rabat ne sont pas le centre du Maroc», argumente un chef d’entreprise. Le besoin de faire cavalier seul n’est pas sans risques. A la Fédération, on se dit prêt à relever le challenge. «L’externalisation va être salutaire pour les PME-PMI. C’est un engagement très sérieux qui doit s’accompagner d’un véritable marketing», souligne Kassal. Une fois le débat achevé, l’assemblée a procédé au dépouillement des bulletins. Le verdict est sans appel : 1 non, 3 nuls et 91 oui. Ainsi l’ont voulu les 95 chefs d’entreprises présents. Maintenant, la Fédération va présenter sa demande d’externalisation à la CGEM. Si tout va bien, celle-ci devrait être en principe validée au cours des prochaines semaines. En attendant, la FPME travaille d’arrache-pied à l’organisation de la troisième édition des assises de la PME qui se déroulera les 10 et 11 novembre à Casablanca.Fatima EL OUAFI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc