×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Oujda: Des pluies torrentielles s’abattent sur la ville

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Pas de victimes mais de gros dégâts matériels. Expansion urbanistique et voirie défaillante… pointées du doigtIL aura fallu près de 45 mininutes pour que la ville d’Oujda soit inondée par un torrent de boue. Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la capitale de l’Oriental, depuis lundi dernier, ont atteint un pic dans la nuit de mercredi à jeudi, provoquant de véritables inondations. Les provinces de Figuig, Jerada,  Taourirt, Berkane et Nador n’ont pas été épargnées. Selon la direction de l’Agence du bassin hydraulique de la Moulouya, un niveau de 20 et 90 millimètres, a été enregistré. A Oujda, plusieurs routes principales du centre et de la périphérie ont été  submergées d’eaux pluviales. Si on ne déplore pas de pertes humaines, les pertes matérielles, selon de nombreux témoignages, sont considérables. A Hay Zitoune, par exemple, l’eau est parvenue jusqu’au niveau des fenêtres. Dans des quartiers résidentiels, les caves ont été envahies d’eaux de pluies, et la circulation a été bloquée dans plusieurs endroits de la ville. Les citoyens sont en colère et pointent du doigt les déficiences du réseau de voirie et d’assanissement de la ville. «Il est inadmissible que ce genre de choses arrive encore de nos jours», souligne un habitant. Egalement mise en cause, une expansion urbanistique très anarchique. Sans vergogne, des spéculateurs fonciers et des promoteurs immobiliers, privés et publics, n’ont pas hésité a obstruer les oueds naturels pour mener à bien leurs juteuses affaires, faisant fi de l’intérêt général et de la sécurité de la ville. Quant à ces intempéries, il s’agirait, selon le directeur de l’Agence du bassin hydraulique, d’un nouveau phénomène climatique. En effet, en moins d’une année, les zones est de la région orientale et particulièrement Oujda et Jerada, ont connu une série de trois fortes précipitations, au cours de ce mois. «Toutefois, il ne faut pas paniquer», rassurent les représentants des autorités locales. Il existe à Oujda une série de projets visant la protection de la ville contre les intempéries. Parmi ces chantiers figure la réalisation du collecteur sud, dont les travaux ont été lancés lors de la dernière visite royale. D’autres travaux sont prévus incessamment, notamment la déviation de l’oued Sidi Yahya vers l’oued Bouchtat et le recalibrage des oueds Nachef et Isly. De notre correspondant,Mohammed Zerhoudi 

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc