×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Casablanca/Tarifs des bus
    Ce que dit le cahier des charges

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . Les prix des tickets de M’dina Bus revus à la hausse. 16% de plus au lieu des 8% annoncés l’an dernierDEPUIS quelques jours, les usagers des bus casablancais n’ont de sujet de discussion que la hausse soudaine des prix des tickets. Une augmentation conséquente, de 0,50 centimes et plus dépendant des lignes. Cette augmentation était attendue depuis la signature du contrat de concession avec la Commune en août 2005. La société s’était alors engagée à ne pas changer les tarifs pendant la première année de son exercice. Ce délai passé, le contrat donne à la société la possibilité d’opérer une hausse de 8%. Sur le terrain toutefois, ce pourcentage a été doublé, dépassant les 16%. Les fameux 8%, clairement indiqués dans les différentes communications de la Commune, ne semblent plus trouver de fondement auprès des responsables de la société privée ni de ceux de la Ville. Pour les premiers, l’évolution tarifaire n’a jamais été précisée de façon quantifiable dans le contrat. «Ce dernier prévoit seulement des clauses aptes à maintenir son équilibre économique», indique Khalid Chrouâte, directeur de M’dina Bus. En d’autres termes, les tarifs sont modifiables selon la variation des coûts du service. Pourtant, cette première hausse n’a pas été dictée par la flambée des prix des hydrocarbures ni par les frais de maintenance. «C’est tout simplement une actualisation du contrat», poursuit le directeur. Il ajoute que «les tarifs de transport affichés actuellement, par la société restent compétitifs par rapport à l’offre dans la Ville, surtout avec les hausses qu’ont connu les autres moyens de transports, notamment les taxis et les trains. Actuellement, nous sommes alignés sur les prix pratiqués par les autres sociétés». Un tour chez les concurrents contredit toutefois ces propos, puisque l’un d’entre eux facture toujours certains de ses voyages à 3 dirhams seulement au lieux de 3,50 dirhams.Du côté de la Ville, on affirme que la hausse a été opérée sous le contrôle de la tutelle. «Une commission s’est réunie il y a quelques jours afin d’étudier le dossier, et la valeur de la hausse a été décidée en fonction de plusieurs critères», indique un responsable. Il explique que «c’est sur la base d’une évaluation des tarifs de l’énergie, des prix des pièces de rechange, de la maintenance, etc., qu’un coefficient a été fixé, relevant le pourcentage de l’augmentation à un peu plus de 14%». Il n’est reste pas moins que même ce pourcentage a été dépassé. Malgré les contradictions constatées, la Commune campe sur sa position: le contrat de gestion déléguée a rigoureusement été respecté.Aucun conflit n’existe donc entre M’dina Bus et son client public. Mais sur le terrain, la hausse continue à soulever une tollé de protestation chez les usagers.Ichrak MOUBSIT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc