×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès fête le moussem de son fondateur

    Par L'Economiste | Edition N°:2362 Le 15/09/2006 | Partager

    . La manifestation coïncide avec le Festival du madih. Des milliers de visiteurs attendusLe moussem culturel et religieux de Moulay Idriss Al Azhar a démarré hier, à Fès. Attirant des milliers de visiteurs, les festivités sont prévues sur une semaine. Tôt dans la matinée, les responsables de la Ville se sont donnés rendez-vous à Dar El Mernissi au quartier Batha, pour l’inauguration du moussem. Un peu plus loin, au cœur de la médina et plus précisément au sein du mausolée Moulay-Idriss, plusieurs fidèles sont venus se recueillir sur la tombe du défunt. Ils ont offert bougies et lustres aux descendants idrissis. . Sauvegarder la cultureJeudi prochain, les Chorfa Idrissis se préparent à la grande cérémonie du changement de la couverture du tombeau. Cette date coïncide avec la 9e édition du Festival national du madih et du samaâ, qui se tient du 20 au 20 septembre, dans la salle de l’ex-préfecture de Fès-Médina. «L’objectif est non seulement de sauvegarder notre culture mais aussi de propager davantage l’art du madih», explique Aziz El Filali, président de l’arrondissement Fès-Médina et organisateur de l’événement. Et d’ajouter que «les ténors de ce patrimoine ancien, qui transmettent l’histoire mais aussi les valeurs islamiques d’une manière artistique simple, sont à encourager». D’ailleurs, on note cette année la participation de plusieurs troupes de «madihines» – lesquelles représenteront les différentes régions du Royaume –, mais également celles du Sénégal. A noter la présence de Haj Mohamed Bajadoub, représentant le groupe Mouhamadia de la région Doukkala Abda et Saad Tamssamani, pour la Zaouia Katania de Tanger. Le programme prévoit également la participation des disciples de feu Haj Abdelkrim Raïss de Fès. Sans oublier la troupe Anouar d’Agadir, qui chantera en langue amazigh. Afin de créer une diversité musicale et culturelle, les responsables du Festival du madih lanceront des concours de récitation et de chant. Des chercheurs spécialisés dans cet art donneront des conférences par la même occasion. De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc