×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

ONA/SNI
L’OPR dépasse les attentes pour la partie SNI

Par L'Economiste | Edition N°:3311 Le 02/07/2010 | Partager

. Plus de 46% de l’offre visée a été présentée. Pour un montant de 3,6 milliards de DHEt de un! Les résultats de l’offre publique de retrait (OPR) portant sur la valeur SNI sont tombés, et sont en phase avec les prévisions du marché. Ils ont même légèrement dépassé les attentes. En effet, sur plus de 4 millions de titres ciblés, près de 1,9 million ont été présentés dans le cadre de l’offre. Le taux de présentation s’établit ainsi à 46,44%. L’opération aura donc mobilisé près de 3,6 milliards de dirhams, répartis sur 1.155 cédants. Ce qui donne une moyenne par cédant relativement importante: 3,1 millions de DH.«Il s’agit d’une très bonne performance, puisque le marché tablait sur un montant compris entre 6 et 7 milliards de DH pour l’ensemble de l’OPR ONA/SNI», estime un analyste. En attendant les résultats définitifs intégrant la partie ONA de l’opération, les professionnels anticipent un taux de participation similaire. Ce qui laisse entendre que les 7 milliards de DH ciblés devraient être largement dépassés, pour atteindre quelque 8 à 9 milliards.En outre, et sans surprise, les institutionnels (principalement assurances et caisses de retraite) ont boudé l’offre. Sans surprise parce que, pour cette catégorie de zinzins, les titres qu’ils détiennent revêtent un caractère bien plus participatif, et donc stratégique. Ils permettent même à certains de siéger au conseil d’administration. De plus, valeur aujourd’hui, le marché n’offre pas suffisamment d’alternatives de placement, sur lesquelles ils pourraient se repositionner. Ceci d’une part. De l’autre, le nombre limité de cédants suppose une forte participation des fonds de placement, surtout lorsqu’on le rapporte à la taille de l’opération. En effet, pour les OPCVM par exemple, la valeur peut porter une casquette spéculative, l’OPR offrant ainsi l’opportunité d’optimiser la réalisation des plus-values latentes.Pour rappel, l’offre initiale avait visé 37,35% du capital, et les titres présentés y pèsent pour 17,35%. Enfin, les résultats de la partie ONA de l’offre devraient tomber dans les jours qui viennent, et l’opération livraison/règlement est très attendue par les investisseurs, entraînant un certain attentisme en Bourse. «Pour l’heure, les regards des investisseurs sont rivés sur l’orientation et les conséquences sur le marché des liquidités qui seraient générées par l’OPR ONA/SNI (règlement/livraison prévus pour le 12 juillet 2010)», affirme CFG Group. Viendra ensuite le moment d’attendre l’introduction des filiales des deux holdings.Othmane ZAKARIA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc