×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Mission marocaine à Alicante : Chaussure : Les industriels marocains prospectent le marché espagnol

    Par L'Economiste | Edition N°:75 Le 15/04/1993 | Partager

    Une mission de suivi et de contacts a été organisée à Alicante, centre de la chaussure espagnole. "Un bilan positif", tel a été le constat de cette mission de prospection.

    Alicante, le centre espagnol de la chaussure, a accueilli une mission (du 31 mars au 4 avril) de suivi, de partenariat et de prospection de fabricants de chaussures marocains à la recherche de partenaires dans divers secteurs et filières.

    Organisée par la FEDIC, en collaboration avec le CMPE, le bureau de la BCM à Madrid et le bureau de la BP de Madrid, cette mission avait pour principaux objectifs d'assurer un suivi des contacts réalisés lors du Sitec 93 et de prospecter le marché espagnol de la chaussure et ce, afin de relever les possibilités de coopération en matière de partenariat (industriel, commercial et technique), dans le cadre de la délocalisation, de sous-traitance et d'exportation. Près d'une dizaine de sociétés marocaines ont fait partie du voyage. Ces sociétés sont considérées comme un échantillon représentatif du secteur de la chaussure au Maroc puisque, expliquent les organisateurs, "parmi les participants, figuraient trois importants groupes, à savoir le groupe Au Derby, le groupe Agouzzal et le groupe Salima Holding". La mission a par ailleurs coïncidé avec le salon international de la chaussure Expocalzando d'Alicante. Celui-ci a réuni près de 369 exposants dont 143 pour la chaussure femme, 78 chaussure homme, 63 chaussure enfant et le reste pour la chaussure de sport.

    Outre des tables rondes avec les différentes associations de fabricants de chaussure, des contacts individualisés avec les exposants et des visites d'usines et de l'Institut Espagnol de recherche de la Chaussure et des Industries Auxiliaires, l'INESCOP, étaient également prévus.

    Créé en 1971 dans la ville d'Elda, cet institut est aujourd'hui en Espagne le centre technologique de référence du secteur. Centre de formation et d'information spécialisé, son premier rôle est pédagogique. Plus de 2.000 heures de conférences y sont tenues par an, mais aussi des séminaires, des séances techniques... Parmi les autres activités de l'institut, figure le contrôle de qualité des matériaux; plus de 300 essais, analyses sont effectués dans le domaine de contrôle de qualité. Cet institut de portée internationale a attiré dans la ville d'Elda une nouvelle génération de chausseurs et de stylistes espagnols.

    Une réunion d'information sur le Maroc et ses potentialités a par ailleurs été organisée suite à un mailing effectué par les organisateurs de la mission au sein du salon. "Cette réunion a regroupé près de 200 hommes d'affaires. Cela dénote de l'intérêt que portent les industriels espagnols au marché marocain dont ils connaissent très peu les potentialités économiques", soulignent les membres organisateurs. Les différents entretiens ont essentiellement porté sur le secteur du cuir au Maroc et les possibilités d'approvisionnement d'un pays proche de l'Espagne. Ont également été discutés les avantages offerts par le Maroc pour les donneurs d'ordres en matière de sous-traitance et pour les partenaires en matière d'investissement. Selon les membres de la mission, les réactions des professionnels espagnols ont été favorables et prometteuses. Des réunions se sont déroulées avec certains "leaders" de la chaussure espagnole concernant les atouts des uns et des autres en matière de know how, de technologie, de facteurs de production et de marchés. "Le terrain de la coopération est propice", ajoutent les organisateurs.
    "L'Espagne représente pour nous un marché d'avenir. Nous ne devons pas nous arrêter à cette seule mission, un effort de promotion est à réaliser sur ce marché", déclare un industriel marocain participant à la mission. La taille du marché espagnol est de près de 150 millions de paires par an.

    En 1991, la production s'élevait à 205,4 millions de paires, soit une valeur de 301,2 milliards de Pesetas. L'Espagne compte près de 2.520 usines de fabrication de chaussures qui emploient près de 30.000 salariés. La région de Valence (capitale Alicante) est une des régions européennes qui atteignent le plus haut niveau de concentration de production de chaussures. L'industrie de la chaussure espagnole connaît toutefois des problèmes suite à la fermeture de certaines entreprises du fait de l'augmentation des salaires survenue en Espagne. En 1990, près de 96% des usines espagnoles ne comptaient pas plus de 50 ouvriers et uniquement 13 d'entre elles en avaient plus de 100.

    Selon les membres de la mission, la solution pourrait se trouver en partie dans la sous-traitance de la chaussure et la délocalisation. Toutefois, précisent les membres de la mission, "il ne faut pas perdre de vue que les créneaux dans ce marché sont plutôt réduits et que le Maroc doit valoriser ses atouts (coût de main-d'oeuvre, code des investissements attractif...), pour se placer sur le marché espagnol, voire européen dans le cadre d'un partenariat technique, industriel et commercial".

    Dans tous les cas, les Espagnols ont besoin de consolider leur position sur leur propre marché face à la concurrence des pays du Sud-Est asiatique et de certains pays européens. De leur côté, les professionnels marocains doivent continuer à maintenir le dialogue entre professionnels et fréquenter les salons spécialisés.

    M.O.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc