×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Mission économique belge: Place aux affaires

Par L'Economiste | Edition N°:3156 Le 25/11/2009 | Partager

. L’infrastructure et l’immobilier en vedette. Le groupe Besix a servi d’excellent lièvreC’ÉTAIT la foule des grands jours hier au Hyatt Regency, à Casablanca, au lancement des rencontres d’affaires, organisées dans le cadre de la mission économique belge conduite par SAR le prince Philippe. Deux gros séminaires ont marqué cette journée. Les deux secteurs ciblés sont la construction et les infrastructures et le design, l’architecture et développement urbain. Dans l’assistance, plusieurs délégués des entreprises belges et, côté marocain, des dirigeants de grandes entreprises ainsi que des représentants des associations professionnelles et du patronat. Vu du côté belge, le BTP et donc, l’infrastructure, ainsi que le tourisme sont des secteurs à fort potentiel. Signe de l’importance de ce rendez-vous, une présence politique de très haut niveau. L’ouverture officielle des séminaires s’est déroulée en présence de SAR le prince Philippe et la princesse Mathilde, Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Economie, des PME, du Commerce extérieur et des Nouvelles technologies, Benoît Cerexhe, ministre bruxellois du Commerce extérieur.Côté marocain, Ahmed Taoufiq Hejira, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, était là naturellement pour «vendre» les chantiers du gouvernement. Allal Sakrouhi, directeur général de l’Agence urbaine de Casablanca (la plus importante et la plus puissante du Maroc) a décliné la vision «Casablanca 2030». Les deux séminaires d’affaires ont accueilli 45 entreprises belges, ainsi qu’une quarantaine d’entreprises marocaines. «Le but est de donner un coup de projecteur sur un certain nombre de programmes importants développés au Maroc. Ensuite, les sociétés belges pourront évaluer le potentiel et entrer en contact avec les bons partenaires», explique Vincent Detemmerman, directeur européen et des Affaires internationales de la Fédération de construction, l’un des organisateurs. Ces mises en relation sont avant tout faites pour se connaître des deux côtés, libre à chaque participant de transformer l’essai par un travail de proximité.Si le séminaire design-architecture avait l’air belgo-belge, ce que déplore l’un des participants, celui portant sur la construction et les infrastructures a été l’occasion pour 5 entreprises marocaines de présenter leurs projets. Bras armé du gouvernement marocain dans le logement social, le groupe Al Omrane a décliné son programme en invitant les entreprises belges à s’y inscrire. C’est le président de son directoire, Najib Laraïchi Bedoui, qui est venu exposer les opportunités aux entreprises belges: le programme des villes nouvelles, qui a vu la construction de 5.000 nouveaux logements, le programme des 40.000 logements à 140.000 DH actuellement en chantier, le projet «villes sans bidonvilles», lancé en juillet 2004 et qui concerne 300.000 ménages, ainsi que le gigantesque programme de résorption de l’habitat insalubre dans les provinces du Sud.Le PDG du groupe Alliance, Alami Lazraq, a exposé la vision de son groupe: «Nous promouvons une conception architecturale différente de ce qui se passe aujourd’hui. Nous limitons le nombre de logements à 180 par hectare, pour laisser de la place aux espaces verts, équipements,… », a-t-il souligné. Cela tombe bien. Dans la délégation des PME belges, figurent quelques cabinets spécialisés dans le design et l’architecture. Le groupe Besix, présent à TangerMed et à Mazagan (El Jadida) à travers un partenariat avec Somagec, peut servir de lièvre aux entreprises belges qui souhaitent se positionner dans le secteur des infrastructures au Maroc. Son directeur général, Cédric Barbier, a, à sa manière, vendu les atouts du marché marocain à ses compatriotes.


Six conventions de partenariat

AU deuxième jour de la mission belge, hier mardi 24 novembre, une demi-douzaine de conventions de partenariat d’une valeur de 103 millions d’euros (1,2 milliard de dirhams) ont été signées par les entreprises belges et leurs homologues marocaines. L’un de ces contrats a été conclu entre Health Care Promotion, PME de distribution de produits pharmaceutiques, et le laboratoire belge Mithra, spécialisé dans des produits de la santé des femmes. La société va introduire sur le marché marocain une nouvelle pilule contraceptive ainsi qu’un stérilet. «Ce contrat est, pour nous, une porte d’entrée pour accéder à l’ensemble des marchés africains. Il peut aussi être une ouverture sur le monde de la recherche. Nous espérons mettre en place une synergie pour que les deux partenaires puissent s’agrandir et évoluer», confie Eric Poskin, porte-parole de Mithra.M. N. R. & A. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc