×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Miss Cerisette, candidate à Miss Arab World

    Par L'Economiste | Edition N°:1784 Le 07/06/2004 | Partager

    . Sahar Benchekroun, 18 ans, 1,68 m, a été élue au Festival de Sefrou Sefrou a été en fête, du 4 juin jusqu’à hier, pour célébrer le 85e Festival des cerises. Organisé sous le thème “un environnement sain, pilier de développement”, le Festival de cette année a attiré près de 120.000 visiteurs venant de Fès, Lebhalil, Boulemane, Meknès et Taza. Leur objectif était d’assister au passage du cortège de Miss Cerisette. Lequel était constitué, cette année, de 26 chars symbolisant, pour certains, la joie de la province, pour d’autres, le développement du cerisier et la protection de la forêt. La calèche de Miss Cerisette a été, sans doute, la meilleure dans ce défilé. Hommes et femmes de tout âge se bousculaient sur l’avenue Mohammed V et jusqu’à la place de Bab Lamkam pour la voir. Pour être Miss ou dauphine, il faut être belle et intelligente. Miss Cerisette 2004, Sahar Benchekroun, l’est malgré les petits reproches du public sefrioui qui a porté sa préférence sur la deuxième dauphine, Hind El Mesbahi. Agée de 22 ans, cette dernière est, elle aussi, une beauté originaire de Sefrou au charme de la nature du Moyen Atlas, avec 1,75 m de taille. Mais le choix du jury est sans appel. Sahar Benchekroun, originaire de Fès, et plus précisément de l’ancienne Médina, est blonde aux yeux verts. Elle étudie en deuxième année secondaire au lycée Oum El Banin. Elle rêvait depuis sa naissance de devenir une vedette. Elle a toujours su qu’elle avait du charme. C’est ce qui l’a poussée à postuler pour Miss Arab World, compétition organisée par la chaîne de TV libanaise LBC. En mai dernier, Sahar remplit son dossier de candidature et l’envoie à la chaîne. Quelques jours après, les organisateurs de cette compétition l’informent que sa candidature a été retenue et que sa participation est prévue pour les prochaines éditions. En attendant, l’opportunité de la fête des cerises s’est présentée et voilà que les parents de Sahar l’initie à cette première expérience. Dès jeudi, le nom de Sahar circulait dans les coulisses de la commission pour le choix de la miss. A 18 ans, avec un 1,68 m et une beauté purement marocaine, issue d’une vieille famille fassie, Sahar a donc décroché le titre de Miss Cerisette parmi 14 candidates et après trois sélections, indique Malika El Fezzari, présidente de la commission de sélection de la miss. Pour elle, qui préside cette commission depuis près de quinze ans, il faut savoir que le choix de la miss ne se limite pas, seulement, aux filles de Sefrou comme le croient d’aucuns. “L’inscription est ouverte, comme à l’accoutumée, au niveau national. Mais la beauté n’est pas la seule carte pour accéder au titre. Pour participer, la fille doit être belle, mais aussi cultivée et disciplinée, et avoir l’accord de ses parents”, explique El Fezzari. D’ailleurs, même la première dauphine, Houda Madaoui, est originaire de Fès. Modéliste, Houda qui a 25 ans est venue visiter Sefrou il y a une semaine de cela. C’était samedi, le dernier jour du dépôt des candidatures seulement. Finalement, elle a été parmi les dauphines couronnées. De l’avis des observateurs, les trois filles méritent cette consécration. Elles se distinguent toutes par un charme indiscutable. Y. S. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc