×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Mise à niveau: Commençons par les patrons

Par L'Economiste | Edition N°:1976 Le 11/03/2005 | Partager

. Mohamed Berrada: Le monde d’aujourd’hui est conçu avec la mentalité d’hier. Coup d’envoi d’un cycle de conférences à l’Université Hassan IILe Centre de recherches juridiques, économiques et sociales (CRJES) de l’Université Hassan II a inauguré le 9 mars à Casablanca, son cycle de conférences avec le thème de la mise à niveau et l’internationalisation. Pour animer le débat, Mohamed Berrada, président du CRJES, a invité le patron des patrons, Hassan Chami. Le président de la CGEM n’a pas manqué de féliciter les fondateurs de ce centre d’avoir bâti une passerelle entre l’université et le monde des affaires. Le CRJES permettra aux étudiants de “s’enquérir et de comprendre les évolutions de l’économie nationale et internationale pour entrer activement dans le monde des affaires dès l’obtention du diplôme”, dira-t-il. “L’économie internationale s’est engagée dans une dynamique d’ouverture. Et le Maroc a fait le choix de prendre le train de la modernisation”, indique Chami. Pour ce faire, les entreprises doivent s’adapter aux changements économiques et revoir leur système de gestion pour réduire les coûts et améliorer leur productivité. “L’économie la plus compétitive dicte sa loi. Par conséquent, la mise à niveau permanente du tissu économique devient un impératif à réaliser avant les échéances que le Maroc s’est fixées lui-même”, explique le président de la CGEM. En effet, poursuit-il, les produits nationaux ne peuvent plus compter sur la protection que leur assurait le système douanier. Le démantèlement dégressif des droits de douane à l’horizon 2010 et les accords de libre-échange signés avec plusieurs pays annoncent une nouvelle ère, celle de la compétitivité internationale. “Le système mis en place pour aider les entreprises se fluidifie et les chefs d’entreprise commencent, tardivement, à en comprendre les mécanismes et surtout la nécessité”, tempère Chami. Mohamed Berrada est quant à lui convaincu que la mise à niveau doit d’abord concerner l’aspect comportemental des chefs d’entreprise. “Les entreprises marocaines souffrent d’une classe dirigeante vieillissante, en ce sens qu’elle conçoit le monde d’aujourd’hui avec la mentalité d’hier”, estime le patron de RAM. Selon lui, il s’agit de la principale raison de l’échec actuel de la mise à niveau au Maroc. Son idée rejoint d’ailleurs celle de Chami, puisqu’il estime que le vieillissement des dirigeants constitue la conséquence directe de leur incapacité à s’adapter aux nouvelles règles de compétitivité, de gestion des ressources humaines, nouvelles technologies…Enfin, en prenant la parole, les étudiants se sont montrés très intéressés par ce sujet d’actualité. Certains ont même suggéré d’étendre la mise à niveau à l’université et aux enseignants, ou même “à l’équipe dirigeante de la CGEM”.


Un centre pour relier l’université au monde du travail

Le Centre de recherches juridiques, économiques et sociales (CRJES) de l’Université Hassan II de Casablanca, se veut un espace de rencontre entre l’université et le monde des affaires. Pour expliquer les raisons d’être de ce centre, Mohamed Berrada, son président, emprunte au World Economic Forum (WEF) l’idée selon laquelle la compétitivité d’une économie se base en partie sur le degré d’implication de l’université dans le milieu des affaires. C’est dans cette optique que le Centre vient d’initier un programme d’action pour l’année 2005. Trois axes ont été retenus pour la réalisation de cette mission. Le CRJES organisera d’abord des conférences et tables rondes destinées à sensibiliser l’université aux différents enjeux auxquels doivent faire face les entreprises. Le Centre soutiendra également les travaux de recherche (mémoires de DESA et thèses de doctorat) portant essentiellement sur des questions propres à la situation actuelle de l’entreprise. Le thème central retenu pour cette année est relatif à la structure du capital et aux modes de financement adaptés. Cette année, le CRJES compte également mettre en œuvre deux formations mixtes. La première concerne le droit boursier bancaire et des assurances et la seconde a trait, elle, aux métiers de la distribution. Parallèlement, des conférences sous forme de témoignages de chefs d’entreprise, et des séminaires pour préparer l’embauche, animés par des institutions de recrutement, seront organisées tout au long de l’année. La composition du conseil d’administration du CRJES répond aussi à un souci de rapprocher la communauté universitaire du monde économique. Ainsi, les opérateurs économiques se réservent 2/3 p et les universitaires 1/3. On y trouve par exemple la RAM, l’OCP, la BMCI, la CDG ainsi que d’autres grandes entreprises marocaines. Les étudiants siègent également au CA, représentés par 4 de leurs camardes. Le CRJES est constitué sous la forme d’une association dont l’assemblée générale constitutive a eu lieu le 3 novembre 2004. Naoufal BELGHAZI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc