×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Midelt érigée en province?

Par L'Economiste | Edition N°:2908 Le 25/11/2008 | Partager

. Mais elle restera dans le giron de Meknès-Tafilalet. Elle regrouperait Rich, Ksabi et Tamahdit Midelt devrait se «détacher» de Khénifra et constituer une province à elle seule, et ce avant les prochaines élections communales. Ce qui était une rumeur, un vœu et une doléance de beaucoup d’habitants de Midelt et surtout parmi la classe politique, est en passe de devenir une réalité. De sources parlementaires et provinciales concordantes à Khénifra, le cercle de Midelt relevant de la province de Khénifra sera érigé en province à part entière dès le début de l’année prochaine. Cela ne serait plus qu’une question de temps. Selon les mêmes sources, il sera associé à d’autres cercles de la région pour constituer une province à part et relèvera toujours de la région de Meknès-Tafilalet. Située à la frontière entre le Moyen Atlas et le Haut Atlas Oriental, Midelt est perchée à quelque 1.500 mètres d’altitude. Elle marque également la frontière entre la montagne et le désert sans pour autant constituer une rupture entre ces deux espaces distincts. Selon des sources dignes de foi, trois autres régions ne feront plus partie territorialement d’autres provinces avoisinantes afin de former une entité territoriale avec une certaine cohésion démographique, culturelle et économique. Il serait question de la région du Rich dépendant actuellement d’Errachidia et qui viendrait grossir la nouvelle province en en devenant le flanc touristique surtout avec lmilchil et son Festival des fiançailles sans oublier les autres sites de la région. Midelt qui serait le chef-lieu de cette province a déjà des atouts et des potentialités, notamment en arboriculture avec ses célèbres pommiers. Mais, elle dispose également d’un patrimoine forestier reconnu et attrayant avec ses belles cédraies. Sans manquer de mentionner ses potentialités minières encore inexploitées. L’autre zone territoriale qui serait rattachée à la nouvelle création administrative et qui relève actuellement de la province de Missour serait éventuellement la région de Ksabi. Et pour plus d’homogénéité pour la nouvelle province, on lui rattacherait la région de Tamahdit relevant de la compétence territoriale d’Ifrane et connue pour être une région d’élevage d’ovins et de caprins. Si l’on en croit les mêmes sources, les régions précitées constitueraient alors une certaine complémentarité. Et c’est justement le but recherché par les pouvoirs centraux. Plus de complémentarité, de proximité. De notre correspondant, Ghali MANSOUR

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc