×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-Chili: Les atouts touristiques peu exploités

    Par L'Economiste | Edition N°:492 Le 23/04/1999 | Partager

    · A peine 1.350 touristes chiliens reçus en 1998
    · Les exportations marocaines à destination du Chili sont très faibles (environ 8 millions de DH en 1997)
    · Un bureau commercial du Chili vient d'être ouvert à Casablanca pour activer les échanges


    Une délégation commerciale chilienne a effectué vendredi dernier une visite au Maroc. Un séminaire a été organisé pour étudier les perspectives de partenariat entre le Maroc et le Chili. M. Luis Goycolea, ambassadeur du Chili au Maroc s'est félicité de la création d'un bureau commercial du Chili à Casablanca, inauguré le jour même.
    Les participants au séminaire ont mis l'accent sur les opportunités dans le secteur du tourisme. Le Maroc a reçu à peine 1.350 touristes chiliens en 1998, indique M. Khalid Tijani, responsable au Ministère du Tourisme. L'absence d'une ligne directe entre les deux pays ainsi que la méconnaissance mutuelle des deux marchés expliquent en grande partie cette situation. Mais il est possible d'y remédier en créant des séjours touristiques combinés entre l'Espagne et le Maroc au profit des visiteurs chiliens, puisque Madrid dispose d'une liaison directe avec Santiago, ajoute M. Tijani. Le tourisme de congrès et les voyages d'affaires doivent être également encouragés, est-il précisé.
    Pour sa part, M. Cesar Gomez, directeur du Bureau National chilien du Tourisme a souligné que l'amélioration du pourvoir d'achat et la baisse de la pauvreté de 25% en Chili sont des facteurs de promotion des voyages à l'étranger. En 1998, plus de 1,3 million de Chiliens ont passé leurs vacances en dehors de leur territoire. Et près de 40% de cet effectif a opté pour les moyens et long courriers. Le Maroc peut donc y trouver un marché potentiel. Le Chili n'est pas uniquement un pays expéditeurs de touristes, il en reçoit également. Ses recettes touristiques ont été de l'ordre de 1,1 milliard de Dollars (soit 3,5% de son PIB). Ses belles plages et son climat très diversifiés attirent les touristes frontaliers. Rappelons que les recettes touristiques pour le Maroc sont de 1,6 milliard de Dollars et représentent 8% du PIB.
    Pour renforcer son infrastructure touristique, le gouvernement chilien vient de lancer des appels d'offres pour réaliser des projets de grande envergure et aménager des parcs nationaux de 14 millions d'hectares.
    Côté échanges commerciaux, M. Mounir Bensaïd, directeur du CMPE (Centre Marocain de Promotion des Exportations), a fait remarquer que les exportations marocaines à destination du Chili n'ont pas dépassé 8 millions de DH en 1997. Les produits exportés sont pour une grande partie des conserves de poisson (7,1 millions de DH). Les importations marocaines durant la même année se sont chiffrées à 42,5 millions de DH. Elles concernent essentiellement le bois brut ainsi que les engrais naturels et chimiques. Le Chili est notre 65ème fournisseur et 89ème client.

    Hicham RAÏQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc