×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    International

    L'OPEP ferme les vannes

    Par L'Economiste | Edition N°:1175 Le 31/12/2001 | Partager

    L'OPEP a décidé vendredi dernier de réduire sa production de 1,5 million de barils par jour pendant six mois à compter du 1er janvier et engagé une coopération qualifiée de «difficile« avec ses concurrents pour stabiliser le marché pétrolier. La réduction, qui équivaut à 6% de la production totale de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Irak inclus), est la quatrième consentie par le Cartel depuis le début de l'année. Elle porte à 5 millions de barils par jour le total de la baisse opérée par les onze pays membres de l'Organisation depuis janvier. Après cette décision prise au Caire et qui avait été largement anticipée par le marché, le cours du pétrole Brent était stable, à 20,72 dollars le baril vendredi. Prenant acte des engagements de ses principaux concurrents (Russie, Angola, Mexique, Norvège et Oman) de réduire leur production de 462.000 barils par jour, la conférence ministérielle de l'OPEP a indiqué qu'elle «surveillera dans les mois à venir les évolutions économiques dans le monde et la situation de la demande et de l'offre avec les autres producteurs (non OPEP,) pour s'assurer« que la fermeture des vannes stabilisera le marché.Les ministres de l'OPEP se sont refusés à toute spéculation sur une nouvelle réduction ultérieure de leur production, indiquant que cela dépendra de l'évolution du marché. Ils s'attendaient toutefois à une amélioration de la conjoncture mondiale au deuxième semestre 2002, qui devrait faire remonter la demande et donc les prix. Ils se sont donné rendez-vous le 15 mars prochain à Vienne pour une évaluation de la situation du marché, qui dépend en grande partie du respect des engagements des uns et des autres. Une réunion regroupant des experts OPEP et non OPEP est prévue à la mi-février à Vienne où le Cartel à son siège.


    . En bref. Arixtra commercialisable dans l'UELe Comité des spécialistes pharmaceutiques (CSP) a donné un avis favorable à l'autorisation de commercialisation d'Arixtra dans l'UE, indique un communiqué du groupe Sanofi-Synthélabo. Ce médicament est utilisé dans la prévention des problèmes thrombo-emboliques veineux chez les patients ayant subi une intervention de chirurgie orthopédique majeure des membres inférieurs, telle que chirurgie pour fracture de hanche, mise en place d'une prothèse de hanche ou de genou. A noter que la commission européenne donne généralement une autorisation de mise sur marché d'un médicament, quatre mois après que le CSP ait donné un avis favorable. Le dossier d'enregistrement d'Arixtra avait été soumis le 15 février 2001 en Europe et aux Etats-Unis. Arixtra a été approuvé par la FDA (Food and Drug Administration) aux Etats-Unis la semaine dernière.. Un géant de l'acier sera coté en février La cotation du futur numéro un mondial de l'acier Arcelor, issu de la prochaine fusion du Français Usinor avec le Luxembourgeois Arbed et l'Espagnol Aceralia devrait débuter le 18 février 2002. Les premières transactions sur le titre auront lieu à Paris, Bruxelles, Luxembourg et Madrid. Le coup d'envoi des offres publiques d'échange (OPE) en vue de la fusion a été donné cette semaine avec les offres sur les titres Usinor et Arbed. L'offre sur Aceralia devrait démarrer le 4 janvier et se terminer le 8 février, date à laquelle devraient être publiés les résultats de l'OPE sur Usinor et Arbed. A l'issue de l'opération, Usinor sera majoritaire dans Arcelor avec 53,8% du capital, Arbed en détiendra 23,9% et Aceralia 22,3%. . Etats-Unis: Un groupe pharmaceutique menacé d'une lourde amende Le groupe pharmaceutique américain Schering-Plough pourrait être contraint de payer une amende de 500 millions de dollars après avoir été épinglé par les autorités sanitaires fédérales américaines Food and Drug Administration (FDA) sur son processus de production. Cette somme représente plus d'un cinquième du bénéfice réalisé par le laboratoire en 2000, qui s'élevait à 2,4 milliards de dollars. Schering-Plough a émis un avertissement sur ses résultats trimestriels et annuels, précisant que ceux-ci seront de toute façon inférieurs aux prévisions des analystes, sans même prendre en compte l'amende que pourrait lui infliger la FDA.
    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc